Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juin 2020 6 13 /06 /juin /2020 11:04
Message du Père Jean-Yves Lhomme du 6 juin 2020
Père Jean-Yves

Les fluides médicaux sont importants dans un hôpital, l'Hôpital Sainte-Anne se devait d'avoir une installation qui soit à la fois complète et qui réponde aux normes et ne pas avoir, par manque de moyens, uniquement de l'oxygène comme c'est le cas dans de nombreux lieux de santé à travers le pays ou pas.

C'est fait, comme nous allons le voir avec quelques photos depuis la fin du mois de février dernier... juste quelques semaines avant le confinement de tout le pays qui nous empêche de circuler et les entreprises de la capitale de se déplacer. Il en est ainsi depuis la fin du mois de mars à ce jour samedi 6 juin et jusqu'au 15 s'il n'y a pas de nouvelle reconduction.

L’implication de Pharmacie Humanitaire Internationale Anjou (PHI Anjou)

Le projet est soutenu financièrement par nos amis PHI Anjou. Avant de nous soutenir à la mesure de leurs moyens lors du fonctionnement de l'hôpital, ils souhaitaient prendre une part active lors de sa construction. Nous avons spontanément pensé, s'agissant d'une association de pharmaciens, que ce pourrait être l'installation des fluides médicaux.

C'était en 2013 !

Après avoir obtenu l'accord des membres de l'association, nous nous sommes mis au travail avec une petite équipe PHI/HSA et commencer par trouver dans la capitale, l'entreprise compétente dans ce domaine (il y en a plusieurs) qui nous offre un devis avec un rapport qualité/prix satisfaisant qui réponde également aux normes que nous souhaitions.

C'était une période où j'étais très occupé avec la construction de l'hôpital. Nos amis de PHI ont volontiers accepté de faire ce travail avec et pour moi.

 

Une installation onéreuse

L'installation des fluides médicaux a un coût de plusieurs dizaines de milliers d'euros ou pour le dire autrement, c'est cher pour avoir une installation de qualité aux normes. PHI Anjou n'a pas eu trop de toutes ces années pour trouver des fonds, des soutiens, se "retrousser les manches" et avoir, comme les autres associations qui nous soutiennent d'ailleurs, diverses activités génératrices de bénéfices au profit d'HSA.  

Le reportage photographique

Septembre 2016, on creuse dans la colline pour l'implantation des machines (compresseur et pompe à vide) nécessaires à l'installation des fluides médicaux. 

	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne

 

Le choix du lieu est motivé pour minimiser les nuisances sonores même si les 2 appareils n'émettent pas de bruit excessif.

 

	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne

 

On remarque sur la gauche le plateau technique en construction...

	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne

 

Jean-Noël, notre chef maçon, vérifie l'accès vers le local des machines et que la hauteur des marches est réglementaire. Ce n'est pas superflu tant on peut voir des "fantaisies" ici ou là...

	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne

 

Élévation du local.

	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne
	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne

 

L'escalier d'accès terminé.

	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne

 

Le gros oeuvre extérieur est aussi terminé.

	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne

 

Travail de la dalle. Si le "hérissonnage" des pierres est bien fait, la dalle n'en sera que plus solide, encore faut -il que le béton entre les pierres soit bien vibré avec un fer à béton.

	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne

 

Puisque les amis de l'Alehsam nous ont offert des grilles comme celle-ci, une est posée pour que l'on ait pas "l'idée d'aller sur le toit".

	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne

 

Le local est terminé ! Nous sommes en avril 2017. Tout ce temps pour un si petit ouvrage... Non ! car la priorité des travaux se passe à quelques mètres de là avec la poursuite de la construction du plateau technique.

	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne

 

Octobre 2018, les machines pour le local technique des fluides médicaux arrivent avec une équipe d'une entreprise (EOLE) de la capitale pour une installation qui se déroulera en 2 temps.

	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne

 

Installation du compresseur et de la pompe à vide dans le local technique, pose des conduites en cuivre.

	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne

 

Le local technique des fluides médicaux terminé et aménagé avec en arrière-plan le plateau technique dont le gros oeuvre est complètement terminé aussi en août 2019.

	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne

 

Seconde phase, l'entreprise Eole est de retour pour terminer l'installation en février 2020. Entre temps, nous avons construit le local de distribution des fluides médicaux vers le plateau technique (blocs opératoires / réveil-réanimation) et des chambres d'hospitalisation.

	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne

 

Dans le local de distribution, la station pour le protoxyde d'azote (gaz pour les anesthésies). L'hôpital Sainte-Anne, au dire du responsable des techniciens, est un des rares à en posséder même si un certain nombre d'hôpitaux publics ou privés en a l'installation.

La raison ? Le prix non négligeable du protoxyde d'azote. Avec les amis de PHI Anjou avions décidé d'en avoir si nous souhaitions, de fait, que l'installation des fluides médicaux de l'Hôpital Sainte-Anne répondent aux normes.

	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne

 

Toujours dans le local de distribution, la station pour l'oxygène médical.  Cette station a 7 bouteilles dont une de réserve.

	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne

 

Comme on peut le voir, le matériel utilisé pour cette installation est un matériel de qualité répondant à un cahier des charges précis.

	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne

 

La réserve d'oxygène sur le site de l'hôpital. Il y a 23 bouteilles que j'ai acheté en cas de besoin en ce temps de pandémie même si l'hôpital n'est pas encore ouvert.

	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne

 

A la sortie du local de distribution dans le plateau technique, le boîtier d'alarme en cas de problème de la station des fluides médicaux, du local de distribution ou si les bouteilles de N²O ou d'O sont vides. 

	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne

 

A la sortie du plateau technique, cadrans de contrôle, pour un départ vers les urgences.

	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne

 

A la sortie du pavillon des urgences, cadrans de contrôle du vide et de l'oxygène vers les chambres d'hospitalisation.

	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne

 

L'installation, en cette fin du mois de février 2020 est terminée. C'est maintenant le temps de la formation donnée par le responsable des techniciens de la société EOLE. Si je souhaite être présent, Jolin, l'agent de maintenance de l'hôpital pour l'électricité, l'eau potable, la station d'épuration et les fluides médicaux est présent.

	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne

 

On part au commencement, le local du compresseur et de la pompe à vide. Jolin est à la gauche de Rija, le responsable des techniciens qui donne la formation.

	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne

 

Dans le local de distribution, formation en ce qui concerne le changement des bouteilles. Je ne suis pas avare de questions en ce qui concerne tout ce qui pourrait arriver.

	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne

 

Formation sur la pose de tous les accessoires utilisés à la sortie de l'installation des fluides médicaux. Si ce sont d'abord le personnel chirurgical, médical, ainsi que le personnel infirmier qui auront à effectuer ces poses, je souhaitais que Jolin, l'agent de maintenance, et moi-même sachions le faire et surtout savoir ce qu'il ne faut pas faire. Je pensais là au personnel para-médical qui n'aurait pas trop eu l'occasion au cours de ses études, de ses stages ou des lieux ou ils auraient pu travailler et n'auraient pas eu de fluides médicaux sinon peut-être de l'oxygène en ambulatoire. Rare, peut-être ? mais c'est possible !

	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne
	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne	 Les fluides médicaux à l'Hôpital Sainte-Anne

 

Enfin, voilà, encore un des chantiers fondamentaux de l'Hôpital Sainte-Anne de terminé et non pas des moindres de par son coût mais aussi de son importance au coeur de l'hôpital !

P. Jean-Yves Lhomme, Mananjary, 6 juin 2020

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2019 3 11 /12 /décembre /2019 16:00
« Venez, vous verrez… »

Fin septembre 2019, trois montlouisiens ont fait le voyage Montlouis – Hôpital Sainte-Anne à Mananjary. Ils ont répondu à l’appel « venez, vous verrez », une des phrases favorites du Père Jean-Yves Lhomme.

C’est un second séjour pour Pierre Deschamps qui est déjà venu passer quelques semaines sur le chantier HSA en 2011. Cette fois-ci il est accompagné de Guillemette Thuillier et de Jean-Marc Gimenez. Jean-Marc, voisin de Pierre, fait partie de l’équipe « bois » de l’ATAHSAM. Pour Guillemette et Jean-Marc c’est un premier voyage dans la "grande île".

Jean-Marc Gimenez, Pierre Deschamps et GuillemetteThuillier attendent leur TGV pour Paris à la gare de Saint-Pierre-des-Corps

Jean-Marc Gimenez, Pierre Deschamps et GuillemetteThuillier attendent leur TGV pour Paris à la gare de Saint-Pierre-des-Corps

Un long voyage pour regagner Mananjary

Parti avec Air Austral, compagnie française basée sur l’île de la Réunion, le jeudi 26 septembre de Paris Charles de Gaulle à 19h30, le petit groupe arrive à Tana (diminutif de Antananarivo ou Tananarive, capitale de Madagascar) le lendemain à 10h50 après une escale d’une heure à Saint-Denis de la Réunion et un embarquement dans un plus petit avion de la même compagnie.

Rue animée du centre d'Antananarivo.

Rue animée du centre d'Antananarivo.

Seconde partie du voyage : parcourir les 550 kilomètres qui séparent Tana de Mananjary au sud-est de l’île. Il faut compter 12 heures en taxi en empruntant la Route Nationale 7 (RN7) qui traverse les hauts plateaux du nord au sud puis la RN25 qui rejoint la côte de l’océan indien. Sachant qu’il faut faire attention aux nombreux trous et qu’il n’est pas prudent de voyager de nuit, le plus raisonnable est de faire ce voyage en 2 étapes.

Trajet entre Tana et Mananjary, via RN7 et RN25.

Trajet entre Tana et Mananjary, via RN7 et RN25.

Le taxi quitte Tana le vendredi en fin de matinée. Déjeuner à Antsirabe et coucher à Ambositra. Samedi 8h30, départ pour une journée avec deux arrêts intéressants, shopping dans un magasin d’huiles essentielles puis visite d’une cascade vers Fianarantsoa. Arrivée à l’évêché de Mananjary à 17h00 où le logement y est assuré.

Paysage des hauts plateaux malgaches.

Paysage des hauts plateaux malgaches.

Arrêt près d'une cascade.

Arrêt près d'une cascade.

Traversée du fleuve Mananjary de la RN25 par pont suspendu.

Traversée du fleuve Mananjary de la RN25 par pont suspendu.

Première semaine : installation et travail

Après avoir visité l’hôpital Sainte-Anne et la petite ville de Mananjary avec sa cathédrale, chacun donne un coup de main selon les besoins actuels du Père Jean-Yves : transfert de mobiliers, réparation de la serrure du portail d’entrée, cirage de meubles, tri de médicaments.

Le jeudi 3 octobre, le docteur Pascal Petitmengin et son épouse Marie-Renée viennent rejoindre le groupe. C’est le 11ème voyage à Mananjary pour ces deux membres de l’association de Lorraine, l’ALEHSAM. Tous les ans ils viennent effectuer deux séjours de 3 semaines comme Serge Labadie de l’ADRAR qui est également présent en ce moment.

Pour la première fois, ces trois personnes vont loger dans la maison du responsable avec le Père Jean-Yves qui prend possession des lieux ces jours-ci, précédemment le Père avait son logement à l’évêché.

Evêché de Mananjary.

Evêché de Mananjary.

Pierre qui avait participé à la fabrication du portail d'entrée de l'hôpital a du faire, avec Jean-Marc, quelques réglages pour améliorer la fermeture.

Pierre qui avait participé à la fabrication du portail d'entrée de l'hôpital a du faire, avec Jean-Marc, quelques réglages pour améliorer la fermeture.

Pierre et Jean-Marc testent les fauteuils du salon de la maison du responsable. Le test est positif !

Pierre et Jean-Marc testent les fauteuils du salon de la maison du responsable. Le test est positif !

Inauguration de la chapelle de l’Hôpital Sainte-Anne et de la maison du responsable

9h00, dimanche 6 octobre, le Père Jean-Yves célèbre sa première messe dans la toute nouvelle chapelle située dans un des pavillons. Beaucoup d’émotion pour cette célébration en présence de membres de l’ATAHSAM et de l’ALEHSAM.

A midi, Mgr Alfredo de Caïres rejoint la maison du responsable de l’hôpital Sainte-Anne où a lieu le déjeuner préparé par Guillemette et Marie-Renée. Mgr Alfredo commence par bénir toutes les pièces de la maison qui vient de recevoir ses premiers occupants.

Première messe célébrée dans la chapelle de l'hôpital.

Première messe célébrée dans la chapelle de l'hôpital.

Beaucoup d'émotion lors de cette première homélie du Père Jean-Yves sur le site HSA.

Beaucoup d'émotion lors de cette première homélie du Père Jean-Yves sur le site HSA.

Le docteur Pascal Petitmegin et son épouse Marie-Renée ont joint le groupe des trois montlouisiens pour cette cérémonie.

Le docteur Pascal Petitmegin et son épouse Marie-Renée ont joint le groupe des trois montlouisiens pour cette cérémonie.

A midi Mgr Alfredo et Serge de l'ADRAR viennent partager le déjeuner.

A midi Mgr Alfredo et Serge de l'ADRAR viennent partager le déjeuner.

Deuxième semaine : travaux et visites

Les principaux travaux ont consisté à préparer la mise en service de l’hôpital. Réalisation de nouvelles étagères dans la pharmacie avec tri et rangement des médicaments reçus de France. Transfert des outils de l’atelier de l’évêché dans les ateliers de HSA.

Une part importante des revenus de l’ATAHSAM est assurée par la vente d’épices de Madagascar comme la vanille, les baies rouges, le poivre sauvage, la cannelle ou les clous de girofle. Ces épices ont été récupérées chez Mme Christelle qui les rassemble et les conditionne pour le Père Jean-Yves.

Quelques visites entre les travaux : l’embouchure du fleuve Mananjary qui est un lieu de vie typique et animé, l’ancien aéroport et ses infrastructures abandonnées ainsi que les services de l’évêché (école, dispensaire, maison des jumeaux).

Jean-Marc donne main forte pour déplacement un touret de câble.

Jean-Marc donne main forte pour déplacement un touret de câble.

Dans la pharmacie Marie-Renée trie et range les médicaments venus de France.

Dans la pharmacie Marie-Renée trie et range les médicaments venus de France.

Installation de l'atelier par Jean-Marc et Pierre dans les locaux logistiques.

Installation de l'atelier par Jean-Marc et Pierre dans les locaux logistiques.

Marie-Renée et Guillemette en visite à l'embouchure du fleuve Mananjary.

Marie-Renée et Guillemette en visite à l'embouchure du fleuve Mananjary.

L'embouchure du fleuve Mananjary est un lieu grouillant de vie très coloré avec pêcheurs, femmes et enfants.

L'embouchure du fleuve Mananjary est un lieu grouillant de vie très coloré avec pêcheurs, femmes et enfants.

Dernier weekend à Madagascar et retour en France

Le dimanche 13 octobre, 8h00, il est déjà l’heure de commencer le voyage de retour avec une première destination : Antsirabé. Lundi 14 Antsirabé – Tana pour un départ à 21h en avion de la compagnie Air Madagascar.

Nicolas le chauffeur-guide, conseillé par le Père Jean-Yves, a prévu de faire plusieurs arrêts pour montrer des curiosités malgaches.

Un caméléon en tenue de camouflage dans les plantes vertes et des fleurs jaunes.

Un caméléon en tenue de camouflage dans les plantes vertes et des fleurs jaunes.

Vente de pierres précieuses.

Vente de pierres précieuses.

Des petits cultivateurs accompagnent leurs troupeaux de zébus pour les vendre aux abattoirs de Tana. Ils sont amenés à traverser, à pied, tout Madagascar.

Des petits cultivateurs accompagnent leurs troupeaux de zébus pour les vendre aux abattoirs de Tana. Ils sont amenés à traverser, à pied, tout Madagascar.

Quelques cultivateurs plus riches utilisent des camions.

Quelques cultivateurs plus riches utilisent des camions.

Petite fonderie artisanale d'aluminium pour faire du neuf avec du vieux...

Petite fonderie artisanale d'aluminium pour faire du neuf avec du vieux...

En guise de conclusion

Avec l’inauguration de la chapelle et la prise en main de la maison du responsable, nous constatons que la première tranche du chantier HSA, qui permettra à l’hôpital d’être opérationnel, touche à sa fin. Les principaux travaux actuels se portent sur :

  • La finalisation des varangues (passages couverts extérieurs entourant les pavillons).
  • La pose du plafond de la lingerie.
  • La pose des sols et l’isolation des blocs opératoires.

La seconde tranche à lancer ensuite consistera à construire une maison des coopérants (proche de la maison du responsable) et un pôle mère-enfant (maternité).

Nos trois montlouisiens ont pu réaliser un beau voyage à Madagascar, donner un bon coup de main sur le chantier mais ils ont surtout su apporter un support moral au Père Jean-Yves qui aime recevoir des amis de France.

AVIS AUX AMATEURS : si vous souhaitez mettre vos compétences au service de l’hôpital pendant quelques semaines, n’hésitez pas à vous faire connaitre auprès du Père Jean-Yves !

VENEZ, VOUS VERREZ… 

Une rose de porcelaine.

Une rose de porcelaine.

(Photos réalisées par Guillemette et Marie-Renée)

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2019 3 16 /01 /janvier /2019 18:34

Message du Père Jean-Yves Lhomme du 12 janvier 2019

Voici un film réalisé avec un drone par notre ami Serge Labadie, membre de l'ADRAR, petite association du Lot-et-Garonne qui oeuvre depuis plusieurs années sur le chantier du futur Hôpital Sainte-Anne par le financement du forage et du pompage de l'eau potable et depuis l'année dernière, travaille avec nous pour la station d'épuration biologique, peut-être la première à Madagascar.

Hôpital Sainte-Anne vu du ciel

Hôpital Sainte-Anne vu du ciel

L'Adrar était présente sur le chantier HSA en novembre dernier avec Hugo, technicien spécialiste de ce type de station, détaché par Eau 47. Nous verrons bientôt un petit film à ce sujet…

Serge, électro-mécanicien de formation, après 3 séjours de plus d'un mois avec nous, est de nouveau présent pour 6 mois. Sa principale activité est d'installer la distribution électrique intérieure ( et beaucoup d'autres choses encore...) de l'ensemble de l'hôpital à partir de plans fournis par nos amis d'Electriciens Sans Frontières, grâce à qui nous avons désormais l'électricité sur l'Hôpital. Nous reviendrons plus longuement sur la production et la distribution de l'énergie sur le l'hôpital, énorme projet tant sur le plan technique que financier.

En attendant, regardons l'Hôpital Sainte-Anne vu du ciel...

Nous pouvons penser, imaginer que c'est terminé ! Loin s'en faut ! Le drone "ne rentre pas dans les intérieurs"... Néanmoins, depuis plus de 6 mois, diverses avancées sur l'ensemble du site nous font penser que vers la fin de cette année, l'hôpital pourrait entrer en activité si nous arrivons à trouver tout ce qui nous manque en "matériel divers" (médico-chirurgical et autres comme du matériel de cuisine collective en inox etc...) et financier pour  l'achat des appareils venant de France pour climatiser, renouveler et mettre en surpression l'air d'une partie du plateau technique et les 2 blocs opératoires en particulier.
Si vous avez des opportunités, n'hésitez pas à me le dire...
 
PJYL

Cliquer sur l'image ou le lien ci-après pour lancer la vidéo. Bonne visite !

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2018 1 03 /09 /septembre /2018 11:56

... ou plutôt les 2 photos du jour...avant de pouvoir enfin et j'espère très prochainement terminer les plus de 10 reportages photos légendées que vous verrez sur le site de nos 3 associations que sont  l'Alehsam, l'Arehsam, l'Atahsam.

faire grandir l'Anahsam

pour qu'elle devienne

l'association de la grande Normandie

 
Excusez-moi ! Je ne voudrai pas oublier  la dernière née, il y a quelques mois, l'Anahsam (Association Normande d'Aide à l'Hôpital Sainte-Anne à Madagascar). Nous devons cette naissance à mon ami d'enfance et de toujours, frère ( et père) Renaud, prémontré,  de l'abbaye de Mondaye en Normandie justement. Il est venu à 2 reprises nous rencontrer ici. Nous nous réjouissons de cette naissance et si nous souhaitons longue vie à l'Anahsam pour nous soutenir et nous aider dans ce toujours beau projet pour  les plus démunis, chacune, chacun, chaque association ou groupe saura la manière la plus adéquate pour  lui apporter notre soutien. Spontanément, il m'en  vient une à l'esprit ! Peut être, avons-nous des amis normands que nous pourrions encourager à se rapprocher de l'Anahsam et entrer dans l'Aventure HSA par le biais de notre nouvelle association ? Vous avez sûrement d'autres idées pour aider notre ami Renaud à faire grandir l'Anahsam pour qu'elle devienne l'association de la grande Normandie...et qu'elle déborde (je pense à la Bretagne...) ! Pourquoi pas ?
 

Revenons à nos 2 photos... avant  le reste... bientôt !

L'atelier de l'Hôpital Sainte-Anne

L'atelier de l'Hôpital Sainte-Anne

L'atelier  de l'Hôpital Sainte-Anne... qui est devenu un lieu de stockage. A gauche, une partie du matériel de nos amis d'ESF (Electriciens Sans Frontières) qui sera utilisée lors des missions ESF prévues en septembre et octobre.
A droite, un matériau isolant et des plaques de placo-plâtre achetés ici dans la capitale pour isoler une partie du plateau technique (blocs opératoires et salle de réanimation) et ne pas, ainsi, solliciter, plus qu'il ne faut, les climatiseurs de cette partie centrale de l'hôpital. C'est une économie... dans l'avenir ! En attendant, cela m'a coûté bien cher...mais il le fallait !
Les garages de l'Hopital Sainte-Anne

Les garages de l'Hopital Sainte-Anne

Les garages de l'hôpital ! Plusieurs véhicules pourront y être garés - 3, voire 4. L'occasion de rappeler que si c'est  possible, il est souhaitable pour des raisons logistiques et techniques (nous sommes loin de tout ici), qu'il y ait 2 ambulances.
Une pourrait venir d'Italie de la Croix Rouge d'une ville proche de Turin de marque Fiat et assez récente. Je n'ai pas de nouvelles... car je n'ai rien fait... faute de temps ! L'autre, c'est très récent, il  y a quelques jours, de l'île de La Réunion. Nos amis réunionnais de l'Arehsam feront le lien.
En attendant, c'est encore un lieu de stockage. Au fond, les gouttières en aluminium qui viennent de France mais qui sont sur le modèle que l'on fait sur l'île de La Réunion où il pleut autant qu'ici et dont la mer et son sel ainsi que les rayons UV font leur néfaste travail si nous n'avions pas choisi ce métal. Vous savez combien mon souci est la pérennité de notre projet. Et en ce sens, il n'y avait pas d'autres solutions Même si cela a eu un certain coût... !
Sur la gauche, encore des plaques de plaques de placo-plâtre et des plaques traitées au sulfate de baryum pour le service de radiologie. Il fallait être absolument certain, malgré les premières précautions prises lors de la construction du service de radiologie dans l'ensemble du plateau technique (moellons en granit et parpaings pleins de béton) que les rayons X ne traverseraient  pas les murs? J'ai  fait le choix de faire venir de France ce matériau puisqu'on ne le trouve pas ici, être sûr, et moralement... être tranquille.
 

appel à des amis de France ou de La Réunion

compétents pour poser des plaques de placo-plâtre

 

Par contre, il n'y a personne à Mananjary, capable de poser ces plaques aussi bien dans le service de radiologie que dans les blocs opératoires et la salle de réanimation. S'il y a des amis de France ou de La Réunion qui ont cette compétence, n'hésitez pas si vous souhaiter entrer dans l'Aventure HSA ! Vous m'éviterez de faire appel à une entreprise de la capitale qui me coûtera une "fortune" et ce n'est vraiment pas le moment !
 
Pour  l'anecdote et terminer! Il ne s'agit pas de peinture blanche sur les murs (lorsque j'en ai de nos amis d'ATM ou de l'Atahsam), je la conserve précieusement pour faire nos mélanges pour peindre l'ensemble de l'hôpital (je crois qu'il y aura un beau reportage en perspective à ce sujet) mais de chaux grasse en poudre que l'on fixe avec de l'eau de mer. 2 couches et voilà le résultat ! En bas, quand même...un peu de peinture bleu nuit... !
 
Ce bâtiment, garages, ateliers en bas, lingerie en haut, dont la charpente est  posée mais pas encore les tôles a une histoire... Que de soucis ! Mais la Divine Providence aidant, nos amis architectes Evelyne et Jacques Péré étaient là ; justement au bon moment, pour à la fois m'aider à ne pas m'inquiéter plus qu'il ne faut et, bien sûr, trouver la solution !
 
 
Père Jean-Yves Lhomme (message du 12 août 2018)
Partager cet article
Repost0
8 avril 2018 7 08 /04 /avril /2018 22:38

Pour terminer ce reportage en trois parties sur l'avancée des travaux, voici quelques photos du plateau technique.

Nous commencerons par un rappel de la disposition des salles avec le plan architectural.

Plan du plateau technique
Le plateau technique est conçu autour de deux salles d'opération

Le plateau technique est conçu autour de deux salles d'opération

Deux photos prises en octobre 2017

Avancée des travaux HSA à l'automne 2017 (3/3)
Avancée des travaux HSA à l'automne 2017 (3/3)

Photos récentes, prises en mars 2018 par le Père Jean-Yves

Avancée des travaux HSA à l'automne 2017 (3/3)
Avancée des travaux HSA à l'automne 2017 (3/3)
Avancée des travaux HSA à l'automne 2017 (3/3)
Avancée des travaux HSA à l'automne 2017 (3/3)
Avancée des travaux HSA à l'automne 2017 (3/3)

La suite ?

Le plateau technique va pouvoir bientôt recevoir les charpentes qui ont été fabriquées à Chinon par l'entreprise Boussiquet (voir reportage dans ce blog).

 

A suivre...

Partager cet article
Repost0
3 avril 2018 2 03 /04 /avril /2018 22:23

Continuons à visualiser l'avancée du chantier HSA avec les photos de Jacques et Evelyne Péré prises lors de leur dernier voyage en octobre 2017.

Les aménagements intérieurs de l'hôpital
Intérieur d'une chambre. Les câblages électriques sont, par principe, non encastrés et sous goulotte.

Intérieur d'une chambre. Les câblages électriques sont, par principe, non encastrés et sous goulotte.

Les carreleurs réunionnais ont fait preuve d'imagination pour agencer, au mieux, des carreaux disparates.

Les carreleurs réunionnais ont fait preuve d'imagination pour agencer, au mieux, des carreaux disparates.

Salle de bain avec lavabo et WC.

Salle de bain avec lavabo et WC.

Grande chambre qui recevra six lits.

Grande chambre qui recevra six lits.

Unique salle de bain avec baignoire pour pavillons 5, 6 et 7.

Unique salle de bain avec baignoire pour pavillons 5, 6 et 7.

Douche.

Douche.

Les bassins de décantation

 

Le système d'assainissement de l'hôpital est basé sur des bassins de décantation se déversant les uns dans les autres.

L'emplacement de ces bassins a dû répondre à plusieurs contraintes :

- Être un point bas de l'hôpital.

- Mais en surélévation pour être "hors crue" du fleuve Mananjary.

- Présenter une surface plane suffisamment grande pour recevoir 4 bassins.

La réalisation de ces bassins a demandé d'importants travaux de terrassement réalisés manuellement par les ouvriers du chantier HSA.

Vue sur les bassins de décantation avec la maison du responsable en arrière-plan et les panneaux solaires de la station de pompage en avant-plan..

Vue sur les bassins de décantation avec la maison du responsable en arrière-plan et les panneaux solaires de la station de pompage en avant-plan..

Toute la terre des remblais est mise en sacs transportés par le camion du chantier conduit par le Père Jean-Yves.

Toute la terre des remblais est mise en sacs transportés par le camion du chantier conduit par le Père Jean-Yves.

La noria des ouvriers pour acheminer les sacs de terre sur les lieux de remblai.

La noria des ouvriers pour acheminer les sacs de terre sur les lieux de remblai.

Vue de détail des bassins de décantation.

Vue de détail des bassins de décantation.

A suivre...
Partager cet article
Repost0
17 février 2018 6 17 /02 /février /2018 12:21
HSA sur KTO

Le 8 février 2018, la chaîne de télévision catholique française, KTO, a diffusé un reportage vidéo tourné à Mananjary durant l'automne 2017.

A cette époque, le Père Jean-Yves était entouré de Jacques et Evelyne Péré les architectes de l'hôpital Sainte-Anne.

Bonne vidéo ! (cliquez sur l'image ou sur le lien ci-après)

 

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2018 7 28 /01 /janvier /2018 22:41

Comme chaque année, le Père Jean-Yves offre ses vœux aux amis de l'ATAHSAM.

D'abord avec une vidéo puis avec la lettre annuelle que nous reproduisons ici.

 

Vidéo : vœux pour les amis de l'ATAHSAM

Nous avons enregistré le message du Père Jean-Yves à l'aide du logiciel Skype.

Merci de votre indulgence pour la piètre qualité du son et de l'image due à une connexion Internet qui n'est pas toujours excellente avec Madagascar.

Pour lancer la vidéo, cliquez au centre de l'image :

Lettre annuelle du Père Jean-Yves Lhomme

 

Père Jean Yves Lhomme 

EKAR - HSA    BP 58

317 Mananjary Madagascar

Mobile : (00 261) 32 078 26 63

Courriel : jyl.mep@gmail.com

Pseudo Skype : jylmep37

                                                                                   Mananjary, le 25 janvier 2018

Chers amis,

Il n’est pas trop tard

Si le mois de Janvier est déjà bien avancé, nous ne sommes, néanmoins, qu’à l’aube d’une nouvelle année ! Il n’est donc point trop tard, sans être gêné par le retard, de vous présenter mes vœux les plus sincères et vous souhaiter à vous, à tous les vôtres, une bonne et belle nouvelle année avec ce sentiment, j’imagine pour nous tous, que le temps passe bien vite ! Le signe, peut-être et pourquoi pas, que nous savons utiliser justement ce temps qui nous est donné aussi bien pour nous-mêmes que pour les autres. Il est désormais traditionnel que je vienne vous rejoindre en tout début d’année pour vous donner les dernières nouvelles de l’hôpital Sainte-Anne.

2018 sera une année importante

Je le fais encore une fois bien volontiers d’autant plus que 2018 sera une année importante puisqu’en principe, nous devrions nous acheminer vers la fin des travaux et pourquoi pas ouvrir enfin l’hôpital dès les premières semaines de l’année prochaine. Voici l’objectif ! Aux seules conditions, bien évidemment et encore une fois, que les aléas climatiques ne viennent pas perturber ce que nous souhaitons tous et que les aménagements intérieurs avec tout ce qui est nécessaire soient complets ce qui n’est pas encore le cas aujourd’hui. Cela fait néanmoins un moment, 2-3 ans peut être, que je pense à la fois constructions et aménagements. Et pourquoi pas vous lancer un appel si vous avez des opportunités dont nous pourrions bénéficier ! Des amis de France viennent régulièrement sur place travailler avec nous. Ils connaissent bien les réalités de l’hôpital et ses besoins futurs en particulier son aménagement dans le moment présent, pourraient, sans aucun doute, être le lien nécessaire et facile entre vous et moi.

Evelyne et Jacques Péré, sont venus sur place

Au mois d’octobre dernier, nos amis architectes bénévoles, Evelyne et Jacques Péré, sont venus sur place comme chaque année. Si nous travaillons ensemble en permanence via Internet et Skype, leur présence à ce stade du projet est fondamentale puisque nous en sommes au plateau technique avec les blocs opératoires et d’autres services qui ne font qu’un avec celui-ci. C’est une structure complexe et la plus grande  de tout l’ensemble de l’hôpital qui est sorti de terre et qui est devenu au fil du temps un véritable village où, lorsqu’on y regarde de près, rien n’est inutile ou superflu voire luxueux soucieux que nous sommes d’offrir au peuple malgache et d’abord aux plus pauvres qui n’ont rien , bien sûr, un hôpital de qualité où le personnel local ainsi que les missions médico-chirurgicales venant de l’extérieur pourront travailler dans les meilleures conditions mais surtout permettre que les évacuations à l’extérieur de la ville de Mananjary (40 000 habitants) soient réduites autant que faire se peut au minimum tant les voies de communications ne sont  pas des plus faciles. Le plus grand nombre n’en a absolument pas les moyens de toute façon.

 

Il m’est dorénavant plus facile de voir ce qu’il reste à faire

La solidité des structures sur lesquelles nous avons beaucoup misé est une autre question qui d’ailleurs n’en est pas une lorsque nous connaissons le déchaînement fréquent des éléments dans une zone tropicale comme la nôtre et dont on nous « promet » qu’ils risquent de se multiplier et d’être toujours plus dévastateurs. Nos amis architectes ont profité de leur séjour de travail pour également produire, compte tenu de l’avancement de l’ensemble des travaux, 2 documents pratiques qui sont « l’avancement des travaux au 15 octobre 2017 » ainsi que « le planning de fin de travaux au 19 octobre 2017 ». Après étude avec moi qui suis le maître d’ouvrage, je crois que cela est tout à fait possible ! Nous essayerons de nous y tenir si, pour ce faire, climat et approvisionnements divers ne viennent pas perturber, plus que nous le prévoyions habituellement, ce qui, encore une fois, est tout à fait envisageable. Pour en terminer avec une vision globale et rapide, il n’y a pas de doute que si nous avons atteint un point de non-retour, je vous le disais déjà l’an passé, il m’est dorénavant plus facile de voir ce qu’il reste à faire alors que c’était l’inverse il n’y a pas encore si longtemps c’est-à-dire voir ce qui avait été déjà fait pour ne pas céder au découragement pour ce qui était « à venir ».

Nous avons été obligés de modifier les priorités

L’objectif reste donc l’ouverture au plus tôt de l’hôpital. Pour cela, nous avons été obligés de modifier, non pas les objectifs qui demeurent, mais les priorités. Nous remettons à un peu plus tard 3 structures qui sont toujours d’actualité mais que nous ferons une fois que l’hôpital sera opérationnel. Il s’agit du pôle mère-enfant sur lequel insiste beaucoup le ministère de la santé de Madagascar, la maison des religieuses soignantes et la maison des coopérants dont le travail principal sera la compatibilité de l’hôpital et autres tâches nécessaires à la vie et au bon fonctionnement de l’hôpital selon les talents des uns et des autres.

Un esprit de saine émulation

Nous avons obtenu l’an passé l’accord du ministre de la santé qui a mandaté sur place son représentant, le médecin inspecteur de la circonscription médicale de Mananjary qui m’a remis le « formulaire pour la demande d’ouverture d’un centre hospitalier privé ». Après une longue visite sur le site HSA où notre médecin inspecteur a été, je crois, agréablement surpris, après avoir également partagé sur la philosophie de notre projet en ce qui concerne les plus pauvres, nous avons abordé la question de la collaboration entre l’hôpital public de Mananjary et l’hôpital Sainte-Anne. Si j’ai apprécié cette première et franche approche, il y a, sans aucun doute, des possibilités pour que, d’aucune manière, un esprit de concurrence mais de saine émulation ne vienne perturber ce pour quoi l’hôpital Sainte-Anne existe (de fait, nous nous acheminons vers la fin) et dans l’esprit de toute une population. Vous le savez, je l’ai souvent répété et écrit, les besoins sont si considérables que nous ne pouvons qu’être complémentaires, c’est certain ! Il le faut ! Je ne puis le voir autrement aujourd’hui alors que nous sommes toujours dans la phase de construction et demain, combien plus, lorsque nous serons en « situation ».

Un élan d’amitié, de solidarité, de générosité va nous faire gagner des mois de travail

Il serait fastidieux de vous faire un descriptif plus ou moins détaillé des divers chantiers sur l’ensemble du site parce qu’il y a à la fois la poursuite du gros œuvre et le reste tout aussi important, les finitions : Couverture des pavillons 8 et 9, les 2 derniers, le travail des réseaux eaux usées, eau potable avant de faire les dalles et le carrelage, fabrication de la charpente et enduit des murs du bâtiment des garages, ateliers, lingerie et  logistique et surtout la poursuite de la construction du plateau technique avec ses 2 blocs opératoires, la salle de réanimation et les services inhérents à son fonctionnement, radiologie, stérilisation etc…C’est le bâtiment  le plus important du site et le plus compliqué à réaliser tant pour son aménagement intérieur futur (second semestre 2018) que pour sa structure. Nous en arrivons au toit qui, en fait, seront 4. Par les bons soins de nos amis architectes, Evelyne et Jacques Péré, une entreprise de Sainte-Florence en Vendée, les établissements Piveteau, nous a offert le bois de charpente et une autre entreprise à Chinon en Touraine, l’entreprise Boussiquet et son successeur monsieur Roullet nous a offert la fabrication qui a été ensuite acheminée par container depuis le Nord de la France, de Sars Poteries, par nos amis d’ATM. Un élan d’amitié, de solidarité, de générosité pour le projet HSA qui représente un coût certain et va nous faire gagner des mois de travail.

Ça demeure rentable de faire venir tout ce matériel par container

Il y a actuellement 41 personnes qui travaillent sur le site HSA sur divers chantiers aussi bien sur le gros œuvre, la station d’épuration biologique avec déjà  un apport de 1 000 m3 de terre que sur les finitions qui sont déjà bien « engagées » depuis 2 ans mais nous sommes encore loin du compte…Si je savais que ce serait long et me doutais un peu qu’elles avaient un coût qui n’est point négligeable alors que le carrelage et la peinture nous sont offerts de France - ça demeure rentable de faire venir tout ce matériel par container dont le transport est à mes frais -  il me faut tout de même penser l’ensemble total plus ou moins « par 2 ». Ce sera encore plus vrai lorsqu’il nous faudra, avant la fin de l’année, acheter les 3 « machines » pour renouveler l’air, le mettre en surpression et le climatiser pour les 2 blocs opératoires et la salle de réanimation.

Je savais que ça ne serait pas « une mince affaire »

Nous allons, sans aucun doute et enfin, atteindre notre but ! A l’origine, il y a déjà quelques années, lorsque mon évêque, Mgr Alfredo, m’avait demandé si j’acceptais d’élaborer, de construire et de gérer le futur hôpital du diocèse de Mananjary pour les plus pauvres et de chercher les fonds qu’il n’avait pas, je savais que ça ne serait pas « une mince affaire ». J’ai accepté et je m’y suis « attelé » et continue volontiers parce que, justement, au fil du temps l’amitié, la solidarité et la générosité que rencontre notre projet à tous désormais, qui œuvrons ensemble de tant de manières est une réalité. C’est un encouragement au quotidien pour un seul homme qui pourrait, parfois, et dans les moments difficiles se sentir bien seul. Eh bien non ! C’est peut-être trop simple de le dire ainsi mais tant pis, je n’ai pas envie ni le temps de chercher une autre formule : « C’est aussi votre hôpital ! »

Permettez au missionnaire que je suis de croire en la Divine Providence 

Seul…avec mes ouvriers ? C’est de moins en moins vrai car les amis venant de France et de La Réunion sont de plus en plus nombreux à venir offrir leurs compétences en électricité (distribution intérieure des bâtiments car la production d’électricité et son acheminement vers tous les bâtiments est du ressort de nos amis d’Electriciens Sans Frontières), plomberie – un grand besoin et un appel -, carrelage, pose des voliges en pvc blanc dans toutes bâtiments - un gros travail qui demande beaucoup de temps -  que l’on ne trouve pas ici à Mananjary. Et la peinture ? Plus de 6 mois sûrement à faire ! Il y a plus de 20 ans lorsque j’avais construit la mission de Nosy-Varika en brousse où j’ai été le missionnaire pendant 15 ans, j’avais formé à l’époque un jeune qui, à 43 ans aujourd’hui, a acquis une expérience certaine mais il n’y arrivera jamais tout seul. Je me rends compte que c’est un métier pas du tout évident ici. « Peindre ou « barbouiller ? » Qu’à cela ne tienne ! Je rentre de la capitale où je suis allé accueillir une jeune fille belge, Justine, qui est peintre en bâtiment. Elle fait le tour de France chez les Compagnons du Devoir et sera avec nous jusqu’au 15 mai ! Permettez au missionnaire que je suis de croire en la Divine Providence et de La remercier ! Elle est au travail avec Donné dont elle me disait qu’elle ne voyait pas ce qu’elle pourrait lui apprendre. Depuis une semaine déjà, ils me font du « beau boulot » tous les deux ! D’autres amis arriveront en 2018 mais seront-ils assez nombreux dans les domaines dont je viens de parler en rajoutant la compétence pour poser des plaques isolantes de placoplâtre à l’intérieur des pièces des blocs opératoires et la salle de réanimation et ces mêmes plaques au sulfate de baryum contre les rayonnements dans la salle de radiologie ? Oui, chers amis, c’est un appel si vous souhaitez et pouvez nous « prêter main forte ». Une page recto verso, c’est bien trop court pour « dire » une année. Mais bon ! Puisqu’il doit en être ainsi avant de vous retrouver une prochaine fois avec et toujours ce même plaisir, il ne me reste plus qu’à vous redire dans les mêmes termes que l’an passé, un mot en fait, car il est lourd de sens tant il exprime à la fois votre générosité indéfectible et votre amitié fidèle au fil des années, et la manière dont j’essaie d’y répondre, MERCI !

 

Jean Yves

A l'intention des amis qui souhaitent toujours nous aider, votre envoi se fait à : Procure Centrale des Missions Etrangères de Paris - 128, rue du Bac - 75341 Paris cedex 07 à l'ordre de : Séminaire des Missions Etrangères avec un petit mot " Hôpital Ste Anne de Mananjary - P.  JY Lhomme". Vous recevrez de la rue du Bac un accusé de réception pour vous dire que l'ensemble de votre don a été envoyé ainsi qu’un reçu fiscal. Et de moi ensuite... lorsque le fruit de votre générosité sera arrivé après plusieurs semaines, une carte de remerciements, renouvelée chaque année, acheminée par la Poste et qui montre l'avancée des travaux !

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2017 7 29 /10 /octobre /2017 21:23

Jacques et Evelyne Péré sont partis pour quelques semaines à Madagascar pour travailler avec le Père jean-Yves Lhomme sur le chantier de l'Hôpital Sainte-Anne.

.

Arrivé à Mananjary le 9 octobre dernier, Jacques nous a envoyé quelques photos que nous retrouverons dans le calendrier 2018 et qui montrent l'avancement du chantier.

.

Bonne visite,

 

Le chantier est pratiquement terminé en gros oeuvre et on aperçoit les varangues qui caractérisent la circulation ouverte extérieure en périphérie de chaque pavillon.

Le chantier est pratiquement terminé en gros oeuvre et on aperçoit les varangues qui caractérisent la circulation ouverte extérieure en périphérie de chaque pavillon.

Il est 7h00, les pêcheurs sortent du village que l'on aperçoit en arrière plan et se préparent à affronter l'océan Indien à l'embouchure du fleuve Mananjary.

Il est 7h00, les pêcheurs sortent du village que l'on aperçoit en arrière plan et se préparent à affronter l'océan Indien à l'embouchure du fleuve Mananjary.

La navigation sur la lagune séparée de l'océan par un cordon littoral de quelques dizaines de mètres est bien plus paisible. C'est l'heure où les jeunes, en groupe pilotés par un passeur ou comme ici dans une pirogue individuelle se dirigent vers la ville pour se rendre à école ou au travail.

La navigation sur la lagune séparée de l'océan par un cordon littoral de quelques dizaines de mètres est bien plus paisible. C'est l'heure où les jeunes, en groupe pilotés par un passeur ou comme ici dans une pirogue individuelle se dirigent vers la ville pour se rendre à école ou au travail.

Une grande partie des 43 ouvriers qui travaillent sous les ordres du père Jean-Yves sur le chantier de l'hôpital sont mobilisés pour couler les chainages du bâtiment logistique.Comme on le voit sur cette photo, tout est fait à la main.

Une grande partie des 43 ouvriers qui travaillent sous les ordres du père Jean-Yves sur le chantier de l'hôpital sont mobilisés pour couler les chainages du bâtiment logistique.Comme on le voit sur cette photo, tout est fait à la main.

Les branches des eucalyptus qui servent à édifier les échafaudages ont un effet esthétique nettement plus intéressant que nos sévères échafaudages métalliques.

Les branches des eucalyptus qui servent à édifier les échafaudages ont un effet esthétique nettement plus intéressant que nos sévères échafaudages métalliques.

Pour parvenir jusqu'à Mananjary venant de la capitale Tananarive, la route est longue, on parcourt 600 km en 12 heures compte tenu de l'état déplorable de la route. Par contre, on traverse des régions magnifiques.

Pour parvenir jusqu'à Mananjary venant de la capitale Tananarive, la route est longue, on parcourt 600 km en 12 heures compte tenu de l'état déplorable de la route. Par contre, on traverse des régions magnifiques.

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2016 2 20 /12 /décembre /2016 21:26

Il y a quelques semaines, Jacques, notre ami architecte, nous faisait parvenir le message suivant :

.

"Bonjour à tous,

J’ai eu la surprise de trouver sur Google Earth une nouvelle photo satellite de l’hôpital.
Je ne résiste pas au plaisir de vous l’envoyer.
 
On avance !!!
Amicalement, 
Jacques Péré"

 

Prenons un peu de hauteur et approchons nous progressivement de la "grande île" !

L'Hôpital Sainte-Anne vu du ciel

Notons la distance qui sépare Mananjary de Montlouis-sur-Loire : 8 900 km.

.

L'Hôpital Sainte-Anne vu du ciel

Cette vue montre que les artisans qui viennent de l'île de la Réunion pour travailler sur le chantier HSA n'ont à parcourir qu'une distance, somme toute, assez courte à l'échelle de la terre : 735 km.

.

L'Hôpital Sainte-Anne vu du ciel

Nous percevons bien le site l'hôpital, en bordure de la route nationale N25, à 5 km à vol d'oiseau de la ville de Mananjary et tout près du fleuve.

.

Le ciment et les parpaings utilisés pour la construction de l'hôpital ont été fabriqués avec le sable en provenance du fleuve, dénommé également Mananjary.

Père Jean-Yves et son camion se souviennent d'avoir effectué quelques tours pour apporter ce fameux sable !

.

 

L'Hôpital Sainte-Anne vu du ciel

En zoomant au maximum, nous avons l'image du site HSA en date du 31 juillet 2016.

Nous remercions, nos amis de l'ALEHSAM (association de Lorraine) qui ont légendé cette vue :

 

1. les quatre pavillons administratifs et de consultation

2. le local des deux groupes électrogènes

3. le château d'eau

4. les deux pavillons d'hospitalisation médecine

5. les deux pavillons d'hospitalisation chirurgie

6. les blocs opératoires

7. le local cuisine

8. le site de la pompe à eau et de son alimentation électrique

9. la maison du Père directeur

10. le mur portant la statue du Christ crucifié

Photo de Jacques Péré prise en mars 2016

Photo de Jacques Péré prise en mars 2016

Nous sommes toujours étonné qu'avec cette technologie nous puissions voyager si facilement partout sur la terre.

Nous pouvons ainsi constater l'avancement de ce beau chantier, fruit d'une grande chaîne de solidarité.

.

Bonnes fêtes de fin d'année !

Denis & Jacques

en charge du blog de l'ATAHSAM

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Association Tourangelle d'Aide à l'Hôpital Ste-Anne à Madagascar
  • : Objectifs principaux de ce blog : - Présenter le chantier de construction de l'hôpital Ste Anne à Mananjary et son évolution. - Faire part des activités, passées et futures de l'association tourangelle pour récupérer des fonds qui seront envoyés à Mananjary. - En lien avec les autres associations (ALEHSAM, AREHSAM), créer une chaine d'amitié et de solidarité pour supporter ce beau projet.
  • Contact