Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 septembre 2014 6 27 /09 /septembre /2014 19:08

Message du Père Jean-Yves Lhomme, du 10 septembre 2014

 
Dans le container de 2013 envoyé par les bons soins de nos amis d'ATM ( Aide aux Missions) de Sars Poteries dans le Nord, il y avait 4 climatiseurs offerts par un donateur du Havre pour HSA par le biais de nos amis d'ESF avec l'assurance qu'ils étaient en parfait état de marche. Si la climatisation bien étudiée par nos amis architectes Jacques et Evelyne Péré sera naturelle pour l'ensemble des salles de l'hôpital, il y aura néanmoins des lieux  (laboratoire, pharmacie etc) où un climatiseur sera nécessaire.
 
Un don qui arrivait à point dans le temps pour nous permettre de les vérifier ! C'est fait !
 
 
A1  
 
B2
Un premier dépoussiérage et une première vérification par nous mêmes. Ils fonctionnent bien malgré la corrosion visible et inhérente, dans le temps, à ce type d'appareil.
 
 
C3 
Nous avons à Mananjary, quelqu'un de très compétent dans le froid. Je lui ai apporté les 4 climatiseurs pour une remise à neuf et une vérification sérieuse en lui précisant de prendre le temps...
 
 
D4 
Arnaud a pris, en effet, son temps... quelques mois mais pour le résultat que vous constatez avec moi.
 
 
 
E5 
Justement, sur ce cliché, il me regarde vérifier chaque climatiseur lors de la réception.
 
 
 
F6 
Il a vérifié bien sûr le gaz, les divers mécanismes. Enfin, tout ce que je ne connais pas mais qui n'a aucun secret pour lui. C'est de fait le "dépanneur à Mananjary" pour les particuliers, restaurants ou entreprises. Lorsque je vais chez son père qui est aussi mon soudeur ou réparateur de nos véhicules, c'est un plaisir de le voir travailler et refaire à neuf un réfrigérateur ou un congélateur.
 
G7 
En fait, plus que de vérifier...
 
 
H8 
J'apprends le fonctionnement d'un climatiseur...
 
 
I9 
Certaines carlingues, à leur base, avaient besoin d'être refaites. Un travail de professionnel!
 
 
J10 
Franchement satisfait du résultat, on peut charger sur le camion le matériel!
Repost 0
13 septembre 2014 6 13 /09 /septembre /2014 16:38

Un message du Père Jean-Yves Lhomme, du 10 septembre 2014

 

Comme vous avez pu le voir sur les reportages photos précédents, chers amis, les 4 premiers pavillons de la première plateforme sont couverts et fermés. Les 5 suivants nettement plus importants de la seconde plateforme sont bien avancés puisque nous venons de terminer et poser la charpente du 5è et commençons celle du 6è.
 
28
Il faut maintenant penser aux sanitaires ! C'est fait, avec l'aide de l'association du Doubs "Amour et partage" de Marie Aimée et Louis Couturier qui ont accepté généreusement, alors qu'ils sont une petite association, de prendre en charge l'ensemble des sanitaires de l'hôpital.

Avec l'association Arehsam de l'île de La Réunion, nous avons commencé à "monter" un dossier avec le Conseil Général de l'île, où  le projet HSA est connu et apprécié par sa présidente (réception d'un message d'encouragements pour le président de l'Arehsam et ses membres).
 
Recevoir un soutien financier direct, compte-tenu de la conjoncture actuelle, semblait assez difficile. Par contre, permettre à des jeunes réunionnais compétents dans les corps de métier qui nous intéressent de venir sur place, travailler et transmettre leur savoir semblait tout à fait possible, d'autant plus que la prise en charge se faisait par le Conseil Général.
 
Nous étions plus que volontiers preneurs et nous nous réjouissions d'un tel échange. Cependant, La Réunion, c'est la France avec des règlements précis et stricts. Sans entrer dans le détail, il fallait que l'Arehsam soit l'employeur, payent au moins au smic ces jeunes qui n'ont pas de travail sur l'île ainsi que les diverses cotisations sociales. Au retour, le Conseil Général donnait une subvention pour ce projet. Il est facile d'imaginer que c'était une manière de procéder trop lourde pour notre association Arehsam de La Réunion qui est composée de bénévoles et qui n'a donc pas, de ce fait, le personnel permanent pour mener à bien un tel projet (comptable, secrétaire, etc) ainsi que le temps. Cela ne se fera donc pas comme nous le souhaitions ! Et de revenir à la case départ ! 
 
Il est difficile de trouver les corps de métier recherchés (plombiers et carreleurs surtout) qui ont les compétences indispensables pour la qualité d'un tel projet à Mananjary. Avec la capitale, pas de problème, mais elle est loin et cela nous entrainerait dans des dépenses que l'on peut déjà juger importantes.
 
Qu'à cela ne tienne, puisque nous avons un peu de délai (souhait de travailler sur l'ensemble des 9 pavillons et de la maison du responsable qui sera aussi maison d'accueil des médecins venant de l'extérieur pour des missions), nous saurons à même de trouver la solution qu'il nous faut... Pourquoi pas des jeunes retraités de France et de La Réunion qui pourraient être là un mois ou deux et qui travailleraient avec mes équipes ? Tout cela est donc à voir !
 
En attendant, un petit aperçu photographique de la mise en route de l'étape "sanitaire" de Sainte-Anne.
 
A
En novembre 2013, nous réceptionnons avec Louis Couturier au pont d'Anjilajila à 15 km de Mananjary, tout le matériel  sanitaire pour les 4 premiers pavillons que nous sommes allés acheter dans la capitale quelques jours auparavant.
 
 
B 
Du matériel de qualité qui ne vient pas de Chine mais d'Espagne...Du matériel Roca pour ceux qui connaissent.
 

C
Avec, bien sûr, tous les accessoires nécessaires. La plomberie est un domaine qui n'a pas de secret pour Louis.
 
 
D 
Voici donc l'ensemble du premier don de nos amis d'Amour et Partage" en attente d'être monté.
 
 
E 
Nous vérifions avec Louis la robinetterie que lui même a fait venir de France et qui venait également d'arriver par un container dont le transport subventionné par la principauté de Monaco avait un contenu pour de nombreuses associations qui oeuvrent auprès des plus pauvres à Madagascar.
 
F 
Je reste "bouche bée"  devant la qualité de la robinetterie de France choisie par Louis, garantie 10 ans, et dont le poids n'a rien à voir avec ce que nous trouvons habituellement ici ! 
Repost 0
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 18:42

Un message du Père Jean-Yves Lhomme, du 16 mai 2014.

Le relevé topographique du site HSA est fait !

 
En effet, depuis le début de l'aménagement du site et des travaux de l'hôpital, nous n'avions pas réussi à trouver sur place les compétences nécessaires pour ce travail. Les faire venir de la capitale, Antananarivo, auraient eu un coût certain. Une autre possibilité s'offrait via l'association "Géomètres Sans Frontières" qui serait peut être venue si elle avait eu des projets dans le pays avant et maintenant ! Enfin rien de certain !
 
Notre ami, Jacques Péré, architecte, lorsqu'ils étaient encore en activité avec son épouse, Evelyne, à Tours avait eu l'occasion de travailler avec la société Colas... qui a des filiales dans le monde... et à Madagascar.
Jacques, de part ses connaissances, a pu obtenir gracieusement que la société Colas à Madagascar vienne sur place faire le relevé topographique.
 
1
 
 
A nous de prendre en charge le gîte et le couvert des 4 personnes qui sont venues comme on peut le voir sur les photos.
 
2
 
 
3
 
 
4
 
 
5
 
 
6
 
 
7
 
 
8
 

Comme on peut le constater, le relevé a été réalisé dans les règles de l'art !


relevé topo
 
Si nous avons pu nous "débrouiller avec les moyens du bord" jusqu'à maintenant, le relevé topographique devenait nécessaire, voire indispensable. Et ce, d'autant plus que nous allons en avoir besoin lorsque nous allons faire les divers réseaux et celui des eaux usées en particulier.

Un magnifique travail réalisé avec professionnalisme !

Repost 0
21 juin 2014 6 21 /06 /juin /2014 18:11

...du moins la préparation, à ce jour !

 
 

Message du Père Jean-Yves Lhomme, du 9 juin 2014


Il y a encore, en effet, très peu de stations d'épuration dans le pays comme à Mananjary qui est pourtant une ville relativement grande.

Sur le site du futur hôpital Sainte Anne, il y aura une production non négligeable d'eaux usées, il est indispensable qu'une telle structure existe.

Ce sont avec nos amis de l'ADRAR du Lot et Garonne que nous y travaillons puisque l'association a décidé de prendre en charge tant sur le plan technique que sur le plan du matériel nécessaire cette installation du traitement des eaux usées.

Deux solutions possibles! La solution traditionnelle que nous connaissons bien  et que nous reconnaissons à l'abord  des villages en France avec les deux cuves en béton et  dont on voit le "brassage" des eaux à traiter.

Et puis une seconde, biologique dont le système se répand de plus en plus pour un résultat tout aussi fiable.

Au départ, avec nos amis, nous avions pensé à une mini-station traditionnelle à 2 bacs à cause des cyclones et d'une pluviométrie trop abondante qui ne doit pas nuire au bon fonctionnement de la station par un débordement. Après réflexion et étude, le choix a été arrêté pour une station de type biologique.

Si les structures de l'hôpital ne sont pas terminées, il nous faut déjà préparer le site d'accueil de la station. Nos amis de l'ADRAR seront sur place au mois de novembre. 

 
1 
Lors des cyclones, le fleuve Mananjary qui n'est pas très loin déborde et vient inonder les rizières du site HSA.

 
2 
Avec le temps et plusieurs cyclones depuis, nous avons désormais l'expérience de la hauteur maximale des eaux.

 
3 
Les digues pour passer d'une colline à l'autre ont été "montées" en conséquence. Celle-ci est le point de référence!

 
4 
Il suffit d'utiliser notre laser pour calculer les hauteurs nécessaires pour une mise hors d'eau.

 
5 
C'est ce que nous avons fait au mois de novembre 2013 avec Louis Couturier le président de l'association Amour et Partage du Doubs.

 
6 
Louis et son épouse Marie Aimée viennent 3 mois, chaque année à Madagascar pour œuvrer auprès des plus pauvres. Leur association a décidé également d'œuvrer avec nous et pour nous et de prendre en charge l'ensemble des sanitaires de l'hôpital (un des  prochains reportages). Ils sont venus pour cela à Mananjary et pour les 4 premiers pavillons déjà.

 
7 
Malheureusement, un retard sur le chantier n'a pas permis à nos amis de travailler à la pose des premiers sanitaires. Qu'à cela ne tienne, Louis a eu du travail plus qu'il n'en faut durant leur séjour parmi nous.
 
 
8 
La digue que l'on aperçoit au fond et qui marque les limites du site au sud doit être rehaussée. Sur celle-ci, passeront les conduites de l'eau potable, des eaux usées et de l'électricité pour la colline des habitations.

 
9 
C'est chose faite! Le remblai déjà fait est suffisant!

 
10 
Il faut maintenant faire les calculs pour, sur la gauche de l'image, remblayer une rizière et mettre hors d'eau une étendue suffisante pour accueillir la seconde fosse de la station d'épuration.

 
11 
Avec Louis et moi même, Jean Noël, notre chef maçon et conducteur des travaux, est aussi présent! Tout ce qui touche au chantier de près ou de loin le concerne ou le concernera à un moment ou l'autre. C'est d'ailleurs l'occasion pour Louis de l'initier à l'utilisation d'un laser...même s'il maîtrise parfaitement et au mm près le traditionnel niveau à eau, un simple tuyau transparent de la longueur que l'on veut!

 
12 
Une discussion! Le laser nous confirmera ce que je savais déjà... La rizière sur laquelle nous nous trouvons n'est pas parfaitement horizontale...Lorsque nous commencerons à la travailler au motoculteur, il faudra y remédier pour permettre ensuite lors de son exploitation une tout aussi parfaite maîtrise de l'eau et obtenir ainsi une production optimum de riz.

 
13 
Voici donc la rizière qui, une fois comblée, sera un des deux bassins de la station d'épuration.

 
14 
Cette rizière est au bas du verger qui forme un cirque. En cas de cyclone ou de fortes pluies beaucoup d'eau vient s'y déverser. Au moment du grand aménagement du site, nous y avions posé des buses pour le drainage d'un excès d'eau pluviale.
Ces buses que nous avons remplies de pierres vont rester et continueront leur rôle éventuel de drainage...sous la terre lorsque la rizière sera comblée.

 
15 
L'aménagement des 3 plates formes de l'hôpital est quasiment terminé...Il reste cependant à dégager la terre du lieu où se trouvera le plateau technique dont le bloc opératoire. Le temps aura permis de gérer "le déblai et remblai" et nous rendre service...puisque nous avons maintenant besoin de cette terre pour combler la rizière pour la station d'épuration.

 
16 
Combien de camions de 3 m3? Aucune idée encore! 300, 400 ? On y travaille déjà! Nous le saurons lorsque nous aurons terminé!

 
schema-epuration1 
Le schéma de la future station d'épuration du site de l'Hôpital Sainte Anne. Nous demeurons dans la dynamique  choisie d'un site et d'un hôpital dans un environnement durable et respectueux de la nature...même si nous sommes dans un pays où les moyens pour ce faire sont limités...et pas toujours une préoccupation première!
 
 
schema-epuration3
Repost 0
14 juin 2014 6 14 /06 /juin /2014 20:09

 

Message et reportage photographique du père Jean-Yves Lomme, 26 mai 2014

 

La menuiserie aluminium des 4 premiers pavillons de la première plate forme est posée en avril 2014 ! 

 


1 
Si les sociétés de menuiserie en aluminium dans la capitale, Antananarivo, sont désormais nombreuses. Nous avons porté notre choix sur Europ'Alu. C'est l'une des plus anciennes ici et celle qui répond au mieux à nos attentes avec un service après vente sérieux. Les normes que nous souhaitions nous ont été fournies par diverses certifications venant de France.
 
2 
Après que notre ami Jacques Péré, l'architecte, ait traité avec elle pour la fabrication, la prise de mesures, les garanties et diverses certifications et 3 mois de fabrication à Tananarive, l'ensemble de la menuiserie est arrivée à Mananjary pour les 4 pavillons de la première plate forme.
 
3 
Une équipe de 4 personnes est venue en avril pour le montage. Elle prévoyait une semaine de travail.
 
4 
Cette photo dit le sérieux du montage. C'est vrai que cette équipe n'a pas rencontrée de difficultés particulières! Après la prise des mesures par Jacques  et la confection des seuils et bordures au mm près par notre équipe de maçons avec l'œil et surtout le mètre  de Jean Noël que je ne présente plus, l'équipe de montage n'a pas eu besoin d'utiliser la "marge" d'erreur qu'elle prévoit toujours.
 
5 
Nous savions que nous étions "bons" car Europ'Alu envoie toujours quelqu'un qui se déplace de Tana pour faire des contre-mesures.
Ici, après le vissage des portes et fenêtres, la pose d'un joint rond type feutre...
 
6 
Pour terminer par celui en silicone!
 
7 
Ici, j'ai apprécié le sérieux et le professionnalisme! Solofo, le jeune chef d'équipe, de son initiative, a posé une cale vissée pour que si nous heurtons le rail, nous ne l'abîmions pas puisque la dalle et le carrelage ne sont pas faits.
 
8 
La pose sur les 4 pavillons est terminée! D'une semaine prévue, on est passé à seulement 4 jours de travail. Avec Gilbert (le même qui était venu pour les contre-mesures avant la fabrication), nous réceptionnons l'ensemble en vérifiant chaque fenêtre et chaque porte et procédons aux dernièrs réglages.
 
9 
Le bas des portes pour la dalle et le carrelage a été calculé, lui aussi, au mm près.
 
10 
Nous avons fait le choix des fenêtres coulissantes car c'est moins cher que des fenêtres avec crémone et dans le fond plus facile d'emploi...
 
11 
Une porte à double vantaux d'une salle d'attente qui sera toujours ouverte pendant son fonctionnement.
 
12 
Une fenêtre avec du verre cathédrale de l'une des salles de consultations externes.
 
13 
Un beau travail terminé dont la qualité est encourageante pour l'avenir et dont la maintenance sera, de ce fait, limitée.
 
14 
Les varangues ne sont pas faites! Un peu de gravillon suffit devant chaque pas de porte pour limiter les jets de boue...
 
15 
Nous avons utilisé les planches d'emballage de la menuiserie pour faire des protections le long de la route nationale qui resteront en place jusqu'au fonctionnement de l'hôpital. Elles sont "marquées" pour qu'elles ne soient pas volées...
 
16 
Les charpentiers travaillaient aux charpentes dans les pavillons couverts ou non. Puisque ce n'est plus possible maintenant, qu'à cela ne tienne, on a fait un hangar en matériaux locaux dont les bambous viennent du site que nous avions plantés après le défrichage il y a quelques années ...
 
17 
Dans le fond, c'est une bonne chose car ils sont plus à l'aise dans leur travail!
 
18 
Et peuvent ainsi redresser  facilement de plus longues pannes déjà jointes et chevillées...
 
19 
Les 4 pavillons de la première plate forme sont couverts et fermés... Il reste les varangues à faire dont on peut voir les fers de fixation et anticycloniques en attente...
 
20 
L'étape suivante sera les dalles, carrelages, plomberie, électricité! Nous travaillons actuellement pour cela avec le Conseil Général de La Réunion pour un projet de la venue de jeunes artisans sur place avec transfert de compétences...
Repost 0
25 mai 2014 7 25 /05 /mai /2014 08:51

Message du Père Jean-Yves Lhomme du 24 mai 2014 :

 
 
Des toitures terminées sur la dite "première plateforme", c'est à dire les 4 premiers pavillons !
Nous avons commencé les toitures, sur la seconde plateforme, des 5 et derniers pavillons avant le commencer le plateau technique (bloc opératoire en particulier). Comme nous pouvons le voir sur les dernières photos de ce reportage, ces pavillons d'hospitalisation sont nettement plus grands que les 4 premiers terminés. 
 
G H 
 
Ces 2 premières photos sont les dernières photos du dernier reportage que vous avez pu voir sur les charpentes et toitures d'HSA en juin 2013. Nous avons bien avancé depuis !
 
9
 
La mortaiseuse offerte par un artisan de Chinon en Touraine et apportée par Evelyne et Jacques Péré, nos amis architectes du projet, en septembre 2013 a simplifié le travail d'Evariste et permet surtout une avancée certaine des toitures.
 
10
 
Machine unique et précieuse sur le site dont il faut prendre soin. Evariste initie l'un de ses aides...  
11  
à son entretien en fin de journée.
 
12
    
En juillet 2013, les fermes du premier pavillon de 4 sont hissées.
 
13  
Et les pannes posées. Opération de finition au rabot électrique.
 
14  
L'option de tirefond de 12 est prise pour des raisons de rapidité et de solidité.
 
15
    
Ils sont vissés avec peine car le bois de charpente en eucalyptus rouge ou bois dit de forêt séché depuis de 3 ans est très dur.
 
16  
Comme on peut le voir sur la panne, il y a également des chevilles en bois pour joindre les pannes.
 
17  
Les tirefonds et boulons sont invisibles! Ce n'est pas une question d'esthétique même si l'ensemble de la charpente est beau...et solide mais une "touche" prévoyante pour la maintenance du site. Nous ne sommes pas loin de la mer avec ses embruns violents lors des cyclones. Pas de corrosion avant...des années...
 
18  
Les fers "accroche panne" et anticycloniques, très nombreux ont été mis en place (un gros de travail de torsion). Les pannes extérieures sur les 4 côtés sont, en plus des fers, prises dans du béton.
 
19  
La charpente d'un pavillon est quasiment terminée. On peut passer à la pose des tôles.
 
20 
Des tôles galvabac prélaquées de 60/100 achetées à Madagascar dans la capitale. C'est l'épaisseur maximum que l'on trouve dans le pays. Sur l'île de La Réunion, la législation, pour les maisons d'habitation, exige une épaisseur minimum de 75/100 ( 76/100 sur le marché de la vente) que l'on ne trouve pas ici.
 
21 
 Les faîtières, même épaisseur, d'une longueur standard de 2 mètres.
 
22  
Si les tôles sont coupées à la demande et au centimètre près, notre ami Evariste, le Charpentier, s'est aperçu que ce n'est pas toujours vrai. Parfois 1 centimètre de plus ou de moins ! Il lui a fallu perdre un peu de temps pour un ajustement parfait au millimètre près...puisque ce sont "nos normes". La prochaine commande pour la seconde plateforme, c'est pour bientôt ! Je redirai à la société en question...qu'on travaille quasiment au millimètre !
 
23  
Néanmoins, pas de difficultés particulières et surtout ennuyeuses pour la pose des tôles.
 
24 
Comme on peut le voir !
 
25 
Sur chaque vis de tôle, nous appliquons du Rustol, un antirouille qui, en séchant semble du vernis. Nous terminons par un jet de peinture blanche en aérosol.
 
 26
 
Début avril 2014 ! Couverture du dernier des 4 pavillons de la première plateforme !
 
27  
Il reste le toit des varangues à faire ! Ce n'est pas le plus urgent. Il faut que les toits soient d'abord terminés pour procéder à la pose de la menuiserie aluminium.
 
28  
C'est terminé ! Les toits sont faits ainsi que la pose de la menuiserie !
 
29  
On peut commencer les pavillons d'hospitalisation de la seconde plateforme 
 
 
30  
Il faut beaucoup de monde à chaque fois pour hisser les fermes car si le bois est bien sec et dur, il est aussi très lourd !
 
31 
En attente du hissage...
 
32 
Il faudra une journée pour ce travail; 1 autre pour les réglages. Et encore 2 pour la fixation des fers...
 
33  
Les fermes sont posées et réglées! Les charpentiers sont au travail des pannes.
Les 4 premiers pavillons de la première plate forme n'avaient que 4 fermes. Celui-ci en a 6; le prochain pavillon d'hospitalisation en aura 7.
                                                  Le bon rythme est pris...

 

Repost 0
8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 16:07

Un message du Père Jean-Yves daté du 12 février 2014 

 
Le dernier reportage que vous avez pu voir sur le château d'eau remonte à mars 2013 (les 2 photos A et B).
Le château d'eau était terminé et les citernes montées.
C'est au mois d'octobre que la société Energie et Technologie d'Olivier Rasoldier d'Antananarivo mandatée par nos amis de l'Adrar du Lot et Garonne a procédé à l'installation de la station de pompage au niveau du forage "en bas" et du château d'eau "en haut".
Comme je le disais lors du dernier reportage pour cette installation, il a fallu beaucoup de temps pour trouver le matériel adéquat, de qualité et en particulier la pompe qui se trouve à plus de 38 mètres dans le tuyau du forage ( 46,70 mètres). Il nous fallait donc une pompe qui monte l'eau sans difficulté à plus de 70 mètres.
 
Mars 2013 A Mars 2013 B
Mars 2013 A et B: Les dernières photos vues sur nos sites.
 
C E 1
L'arrivée au château d'eau des diverses canalisations protégées par une grille au sol puisque c'est aussi le haut de l'échelle d'accès.
 
C E 2
avec les vannes d'ouverture et de fermeture. Nous avons un plan de l'ensemble mais il n'y a pas d'erreur possible, chaque vanne a son indication.
 
C E 3
De fait et sans indication, il y a de quoi s'y perdre...
 
C E 4
Après plus de 4 mois de fonctionnement, aucune fuite n'est à signaler!
 
C E 5
Canalisation d'arrivée venant du pompage qui monte en haut avec l'eau qui se déverses dans les 2 citernes de 10 000 litres et en bas, canalisation pour la distribution qui passe par le local technique.
 
C E 6
La station est complètement automatique mais si pour l'une ou l'autre raison les cuves étaient complètement vide, une alarme se déclencherait. On voit dans un coin ici la sirène. Le petit gyrophare rouge est dans le local technique devant une brique de verre...ce qui me permettrait de le voir fonctionner...lorsque je serai chez moi de l'autre côté des rizières...
 
C E 7
Et toujours des tuyaux...pour rendre interdépendantes les 2 cuves mais on peut n'en utiliser qu'une seule, par exemple lorsque l'on nettoiera l'une ou l'autre.
 
C E 8
Depuis le bas du château d'eau et pour chaque cuve, on peut voir 2 colonnes transparentes (une pour chaque cuve) avec un petit ballon qui indique la hauteur de l'eau...
 
C E 9
On voit la petite boule jaune au niveau du collier de fixation du haut.
 
C E 10
Le pompage se fait automatiquement à partir de cette sonde de lecture du niveau de l'eau.
 
C E 11
Il y en a 4 sur toute la hauteur de la cuve. Elles ne lisent pas le niveau de l'eau directement à travers le plastique de la cuve qui est trop épais mais sur un tuyau en PVC parallèle à la cuve.
 
C E 12
Plusieurs armoires techniques en bas à la station de pompage comme on a pu déjà le voir et une ici dans le local technique du château d'eau.
 
C E 13
Le local technique du château et sa propre armoire ainsi qu'un tableau qui indique que les cuves sont pleines. Les 3 niveaux de témoins sont ici allumés, les 2 cuves sont donc pleines. Facile de se repérer! Si les témoins qui sont rouges du bas s'éteignaient, cela signifierait que les cuves sont vides. A ce moment là, la station serait en alerte. Le gyrophare que l'on aperçoit fonctionnerait ainsi que la sirène en haut de l'édifice.

Pourquoi un tel système alors qu'il y a déjà 2 colonnes transparentes avec ballonnets que l'on voit très bien en passant en bas près de l'ouvrage?
Lorsque l'hôpital fonctionnera et que tout le monde sera bien occupé ici ou là (même la personne de maintenance), un oubli sera toujours facile et possible!
Notre ami Marc Patru de l'Adrar a pensé aussi à cela!

Ici Jean Noël, le chef maçon du chantier qu'Olivier Rasoldier d'Energie et Technologie a formé. Je n'habite pas encore sur le site et Jean Noël y est bien plus que moi!
 
C E 14
Fin octobre 2013, l'installation était terminée et fonctionnait déjà depuis quelques jours lorsque nos amis de l'Adrar du Lot et Garonne étaient aussi sur place pour la réception des travaux. Ici, notre ami Claude Binet, un des membres du bureau de l'Adrar s'en monte voir de quoi il "retourne" là haut...et sans vertige...car l'échelle est sécurisée!
 
C E 15
Même pour la pose de la plaque, le niveau est de rigueur! Cela aurait était dommage qu'elle ne soit pas droite alors que tout sur le chantier, en principe, l'est!
 
C E 16
Une plaque superbe réalisée par nos amis réunionnais de la société REUNIPUB, la même société amie qui s'est engagée à faire en son temps  la signalétique de l'hôpital Sainte-Anne.
 
C E 17
Et la photo souvenir et de famille avec nos amis de l'ADRAR. Mgr Alfredo, notre évêque, n'aurait pas souhaité être absent pour la réception d'une telle réalisation.
 
C E 18
Devant la plaque souvenir, les maîtres d'œuvre et d'ouvrage qui seraient bien seuls et ne pouvant pas grand chose s'ils n'étaient pas entourés comme ils le sont!
      
Comment inaugurer au mieux une telle et magnifique réalisation?
Tout simplement en goûtant l'eau qui jaillit du premier robinet du site HSA!

Et voilà, pour terminer cette histoire d'eau à Sainte-Anne, quelques secondes d'un film pris lors de la réception des travaux avec nos amis de l'Adrar et la pose de la plaque souvenir. Dans le fond, la meilleure inauguration qui soit est de goûter une eau fraîche et limpide.

Il n'y a pas, en effet, d'éléments en suspension, d'odeur voire de goût. J'avais emmené lors de mon court séjour en France en octobre, un échantillon pour analyse physico-chimique en particulier. Rien de particulier à signaler. Une analyse bactériologique a également été faite...mais cette eau, je ne l'ai sans doute pas prélevée dans les règles de l'art car je ne pensais qu'à l'analyse physico-chimique. Ce type d'analyse doit se faire dans les 24 heures et être transportée dans une glacière. Ce ne fut pas le cas! Alors plusieurs choses à revoir à ce niveau par une nouvelle analyse à l'institut Pasteur d'Antananarivo, prélevée comme cela doit être fait en flacon stérile, acheminée dans une glacière et en moins de 24 heures.
En attendant, elle bien consommé sur place et change la vie des ouvriers sur le site pour leur travail, leur consommation personnelle, leur toilette, le lavage du linge etc
Mgr vient "puiser" régulièrement lorsqu'il est en ville de Mananjary avec une vingtaine de jerricanes de 20 litres ainsi que divers groupes.

On commence à parler de l'eau de Sainte-Anne!
Repost 0
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 21:06

Un message du Père Jean-Yves Lhomme du 9 octobre 2013

 

Je crois que beaucoup d'amis attendaient la pose des charpentes...Enfin!
 
Depuis le mois de juin, " l'affaire" est lancée avec un nouveau charpentier, Evariste sur le site HSA. Un excellent charpentier qui aime ce qu'il fait et dont on peut déjà voir les résultats.
 
Evelyne, notre amie architecte avec son époux Jacques, sur place une quinzaine de jours en septembre, de dire que c'était presque trop bien puisque l'on ne verrait pas ce beau travail. C'est réjouissant et encourageant de savoir et de voir surtout qu'il y a peu de craintes face aux cyclones dont nous avons l'habitude dans notre région. 
 
Nous devrions avoir couvert les 4 premiers pavillons avant la fin de l'année qui coïncide avec la saison des pluies. Les tôles de 60/100 les plus épaisses que l'on trouve sur le marché à Madagascar sont commandées et coupées au mm près arriveront à la fin de ce mois d'octobre.
 
Une petite quinzaine de jours de travail intense avec Evelyne, Jacques et mon chef maçon Jean-Noël. Dans le fond, Evelyne et Jacques sont arrivés à la bonne période... climatique mais surtout pour une bonne poursuite du chantier (menuiserie aluminium, divers réseaux etc). 
 
1 - Les mortaises pour les charpentes sont faites a la main
Les mortaises pour les charpentes sont faites à la main, ciseau à bois et maillet.
 
2 - C-est du beau travail mais c-est long
C'est du beau travail mais c'est long.
 
3 -Evelyne et Jacques Pere- les architectes- venus en septe  
Evelyne et Jacques Péré, les architectes, venus en septembre, ont apporté une mortaiseuse.
 
4 -Qui est un don d-un charpentier de Touraine- monsieur Ro
Qui est un don d'un charpentier de Touraine, monsieur Roullet. Un beau cadeau qui nous facilite la tâche.
 
5 - Auparavant- il fallait plus d-une semaine pour realiser
Auparavant, il fallait plus d'une semaine pour realiser une ferme. Aujourd'hui, 4 jours sont suffisants.
  
6 - Tres vite- en quelques minutes- sous l-oeil et les cons
Tres vite, en quelques minutes, sous l'oeil et les conseils de Jacques Pere, Evariste a su maitriser la machine.
 
7 -Evariste - le charpentier - avec son aide- Fernand qui a
Evariste, le charpentier, avec son aide, Fernand qui apprend le métier,  procède à des réglages.
 
8 - Fernand est charge de la nettoyer tous les soirs apres
Fernand est chargé de la nettoyer tous les soirs après une bonne journée de travail.
 
9 - Les 4 premiers pavillons devraient etre couverts plus
Les 4 premiers pavillons devraient être couverts plus rapidement que prévu.
Repost 0
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 23:11

Message du Père Jean-Yves du 20 août 2013

Le container annuel 2013 envoyé par nos amis d'ATM (Aide au Tiers Monde) de Sars-Poteries dans le Nord est arrivé le 13 mai à Mananjary. Contrairement aux autres fois, nous n'avons pas eu besoin de faire le déchargement au pont d'Anjilajila, le pont suspendu qui enjambe le fleuve Mananjary à une quinzaine de kilomètres de la ville et les nombreux voyages (entre 8 et 10) nécessaires avec le camion d'HSA. Il y a non loin du pont un bac qui fonctionne si le débit du fleuve le permet. Les camionneurs qui ne le connaissent pas hésitent à l'utiliser car la descente jusqu'au bac est, de fait, plutôt impressionnante et l'arrière d'un camion fort chargé risque de toucher le sol. J'avais demandé que, autant que faire se peut, le container arrive à la résidence de l'EKAR à Mananjary où se trouve le site des containers HSA et au chauffeur de décider sans prendre de risques. Belle surprise ce matin du lundi 13 mai de voir que le camion chargé du container de 20 pieds était là. Il aura fallu un peu plus de 3 heures pour décharger environ 37 mètres cubes et ensuite stocker rapidement le matériel destiné à l'hôpital. Une première étape terminée en une journée avec une demie douzaine de personnes !
 
Si, comme à chaque fois, il est toujours judicieusement rempli pour ne pas perdre de place car le prix de l'envoi depuis la France, celui du port de Tamatave jusqu'à Mananjary via la capitale car il n'y a pas d'autres routes ainsi que les différents frais et taxes représente un coût certain, c'est toujours un fort moment de réceptionner tout ce dont aura besoin le futur hôpital Sainte-Anne aussi bien dans sa phase de construction que dans celle de son fonctionnement. S'il fut ouvert et contrôlé par les douanes, l'ensemble de l'envoi depuis la France était complet !
 
Depuis quelques années, les acteurs du projet du futur hôpital Sainte-Anne de Mananjary pour les plus défavorisés et leurs amis du Club Rotary Lafayette de Metz qui comprend aussi des médecins et des chirurgiens  avaient élaboré une liste de matériel médical et chirurgical indispensable. L'ensemble de ce matériel acheté neuf est coûteux. Il est donc bien normal que nous amis rotariens est la garantie de la bonne avancée du projet et des travaux. De fait, depuis le début de l'année 2013, il est plus aisé de constater la réalité du projet après une phase indispensable de préparation du site qui justement aujourd'hui permet d'aller enfin plus vite dans la construction des infrastructures. Et c'est ainsi que nos amis rotariens ont décidé de procéder à l'envoi d'un matériel magnifique !
 
 
1
Le déchargement du container...dans la bonne humeur même si l'on sait que l'on aura besoin de plusieurs heures pour que la camion chargé du container vide doit repartir dans la journée pour éviter des frais supplémentaires.
 
 
 
2
Fin juillet, l'ensemble du matériel est vérifié et stocké dans une pièce bien sèche que le diocèse nous a prêtée à l'évêché car le site des "containers" HSA est plein.
 
 
 
3
Un superbe envoi de matériel neuf offert par le Rotary Club qui est passé par la fondation Raoul Follereau pour son achat.
 
 
 
4
Il faut déballer, voir avec précision de quoi il s'agit et vérifier sur la liste d'envoi. Un travail réalisé par le docteur Pascal Petitmengin et son épouse Marie-Renée, infirmière de formation, amis d'HSA et adhérents de l'Alehsam venus de Lorraine nous donner "un coup de main" une quinzaine de jours. Le matin, Pascal et Marie-Renée travaillaient avec sœur Chantal à la léproserie de Marovahy et l'après-midi à HSA.
 
 
 
5
Si le travail est attrayant devant un tel matériel, la joie de le faire est évidente ! Travail et bonne humeur ! Une autre manière de passer et "vivre" les vacances !
 
 
6 
Nicolas, le coopérant, adjoint de l'économe diocésain accepte volontiers de mettre son esprit de service à la disposition d'HSA avec Pascal et Marie-Renée !
 
 
 
7
Montage du matériel en pièces détachées...
 
 
 
8
...et savoir ainsi si tout est complet.
 
 
 
9
Un lève malade à piles rechargeables !
 
 
 
10
Un charriot avec tiroir poubelle. Il y en a plusieurs...
 
 
 
11 
D'autres modèles de charriot !
 
 
 
12
A vol d'oiseau, l'hôpital Sainte-Anne n'est pas loin de la mer. Le vent chargé de sel ne risque pas de détériorer rapidement ce type de matériel...
 
 
 
13
Parce qu'en inox...facile d'entretien.
 
 
 
14
L'ensemble reçu a été  bien pensé ! Tout n'a pas été pris en photo même si les cartons ont été ouverts pour vérification. On a préféré laisser certains appareils fragiles dans leur emballage plastique.
 
 
 
15
Comme, par exemple, négastoscope, aspirateur chirurgical, bistouri électronique, scie à plâtre, moniteur à 5 paramètres etc., sans parler de tout le petit matériel chirurgical pour équiper normalement un bloc opératoire. A quelques kilogrammes près, c'est une tonne d'un très beau matériel qui a été offert par le Rotary Club à HSA !
 
 
16 
Que nos amis Pascal et Marie-Renée ont reconditionné pour un stockage optimum !
 
 
Nous pensons qu'au milieu de 2015, nous pourrons donner des dates relativement précises.
 
Avec le matériel facilement récupéré  toujours par le Club Lafayette de Metz dans des hôpitaux de France grâce aux diverses restructurations que nous constatons, nous devrions pouvoir équiper sans trop de difficultés le futur hôpital Sainte Anne. D'ailleurs les 4 "containers" du site HSA sont déjà pleins.
 
En 2014, avec nos amis Pascal et Marie-Renée et pourquoi pas avec une équipe de grands scouts... sortir le tout, en faire l'inventaire et voir ainsi ce que nous encore besoin !
Une étape de franchie, une autre en 2014 ! 
 
Nous reparlerons un peu plus tard de celles qui seront tout aussi indispensables par le biais de nos associations où nous ferons appel à des techniciens de maintenance pour vérifier le matériel récupéré, voire l'installer !
 
 
Repost 0
24 août 2013 6 24 /08 /août /2013 18:51

Un message du Père Jean-Yves du 13 août 2013

 
La côte Est de Madagascar où se trouve Mananjary est plutôt bien arrosée. Il y a la saison des pluies...et la saison où il pleut avec quelques semaines relativement sèches par an. Le résultat ! Une nature luxuriante. Et quelques inconvénients parfois sur le chantier HSA qui peut, de ce fait, être plus ou moins ralenti sans parler du désagrément pour les ouvriers même s'ils sont habitués au climat de leur région. Il n'est agréable pour personne de travailler sous une pluie battante !
 
Un groupe de scouts de France de Tours est venu en 2012 faire un camp de travail (voir ou revoir sur nos sites le magnifique film qu'ils ont réalisé). Ils avaient justement apporté pour chacun des ouvriers un bel imperméable. Problème ! Il n'y en avait pas assez ! Qu'à cela ne tienne et pour qu'il n'y ait pas de difficulté...nous avons attendu une année pour que nos amis scouts nous envoient le complément et qu'une juste distribution soit faite !
        
 
1
C'est le docteur Pascal Petimengin et son épouse Marie Renée, infirmière de formation, de Jarny en Meurthe et Moselle (amis d'HSA et adhérents de l'Alehsam) qui, venus nous aider une quinzaine de jours en juillet, ont apporté le complément attendu que nos scouts de Tours leur ont envoyé.
 
 
 2
Chaque ouvrier a eu son imperméable! Le dernier qui restait sera pour leur "patron"...
  
 
3
Notre ami, le docteur Pascal, est au milieu de tous car c'est lui qui a apporté avec son épouse le nombre qui manquait...et que tous les deux sont responsables scouts de France en Lorraine.
 
 
 
4
S'il pleut, on a toujours travaillé sauf si des trombes d'eau s'abattent. Avec un imperméable, c'est encore mieux...
 
 
5 
Et si la pluie s'arrête ou menace, il n'est pas loin !
 
 
6    
La fabricant de parpaings d'HSA sort sous la pluie pour la récupérer pour son mortier. Il l'aurait fait sans...mais c'est tout de même mieux avec !
 
 
7    
Toujours pas loin l'imperméable même si le temps ne menace pas. Il fait frais pendant l'hiver austral 19-20°. L'imperméable sert aussi à se protéger du vent frais des alizés !

 

 

 8

Une belle initiative des scouts de Tours ! Toujours preneur d'imperméables ! 

Repost 0

Présentation

  • : Association Tourangelle d'Aide à l'Hôpital Ste-Anne à Madagascar
  • Association Tourangelle d'Aide à l'Hôpital Ste-Anne à Madagascar
  • : Objectifs principaux de ce blog : - Présenter le chantier de construction de l'hôpital Ste Anne à Mananjary et son évolution. - Faire part des activités, passées et futures de l'association tourangelle pour récupérer des fonds qui seront envoyés à Mananjary. - En lien avec les autres associations (ALEHSAM, AREHSAM), créer une chaine d'amitié et de solidarité pour supporter ce beau projet.
  • Contact