Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 juillet 2013 7 21 /07 /juillet /2013 19:07
Message du Père Jean-Yves Lhomme du 30 juin 2013 :
"Le travail des charpentes a enfin commencé....
 
Quelques mois ont été perdus ! Ce n'est pourtant pas faute d'avoir voulu respecter le délai que nous nous étions fixé.
Le problème est que nous ne trouvions pas de charpentiers. Enfin si, mais pas dans les conditions dans lesquelles nous travaillons sur le chantier à Sainte-Anne.
Des charpentiers qui souhaitent travailler à la tâche se sont proposés mais ce fut un non catégorique! Pourquoi, me dirait-on? Tout simplement parce que c'est beaucoup d'argent tout de suite...vite englouti et qu'il faut toujours remettre des "rallonges". Le résultat ! C'est onéreux et surtout il y a le risque que les personnes "sabotent" le travail pour terminer au plus vite et "repasser" avec nous ou avec d'autres de nouveaux contrats. Dans certains cas, on a vu les gens disparaître dans la nature !
J'ai donc préféré... sinon attendre... du moins chercher la ou les personnes qui acceptent de travailler dans les conditions qui sont les nôtres et qui sont ainsi sûres d'avoir un certain temps un emploi stable dans des conditions paisibles et sereines.
C'est le cas aujourd'hui avec l'arrivée d'un charpentier, Evariste de Mananjary qui est venu proposer ses services. Il est depuis 3 semaines parmi nous.  Si je ne suis pas quelqu'un à "vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué", l'expérience depuis 28 ans aidant  un peu, il n'empêche que je constate le magnifique travail de charpente qu'il accomplit.
Bien sûr, tout à la main! Du beau travail! Il lui faut une semaine pour faire complètement une ferme d'un pavillon (il y en a 4 par pavillon de la 1ère plate-forme). Il a 48 ans et de l'expérience !
La période d'essai habituelle est " vite réglée " car il n'a jamais été inscrit à la caisse de prévoyance sociale dans ses travails antérieurs et il faut prétendre d'un minimum de 15 ans de cotisations pour recevoir un minimum de retraite. Je l'inscris donc dès le 1er juillet... Même s'il n'y aura pas de travail à HSA durant toute cette période, on peut espérer qu'il retrouve, un jour, un employeur, fort de son passage chez nous, qui accepte de payer les cotisations... à son tour !
Je lui ai confié un jeune manœuvre pour l'aider et ainsi le former car nous trouvons et nous avons sur HSA tel ou tel jeune ouvrier dont on sent les possibilités.
En son temps, les 2 autres charpentiers du chantier occupés en permanence à faire les coffrages à béton, Michel et Bruno, aideront Evariste et son aide à la mise en place des charpentes.
D'autres charpentiers se proposeront peut être !"
 
A
Les bois de charpente, de l'eucalyptus rouge, viennent du rabotage.
 
B
Ils sont bien secs car stockés depuis 2010.
 

 
C
C'est un bois qui, en séchant, devient très dur.
 

 
D
Il est traité 2 fois. Une première fois avant de le travailler et une seconde, une fois que la charpente sera montée avant la pose des tôles. Le traitement: xylophène pur 10% dans un diluant 90 % de gas oil. Plutôt du gail oil que du pétrole dont l'odeur persiste longtemps.
 

 
E
Nous avons assez de bois pour les 4 premiers pavillons de la première plate forme. Il me faut déjà chercher pour la suite...mais c'est difficile de trouver du bon bois qui se raréfie. Pour cela, je ne regarde pas trop à son prix...puisque c'est une question de l'avenir, dans le temps, des charpentes !
 

 
F
Notre nouveau charpentier, Evariste, à la tâche !
 
G
Du beau travail que l'on a plaisir à regarder !
 

 
H
La première ferme terminée...mais entre temps, il y en a eu 2 autres !
Repost 0
14 juillet 2013 7 14 /07 /juillet /2013 17:51
Message du Père Jean-Yves Lhomme du 27 juin 2013 :
 
"Deux conteneurs dernier voyage offerts par l'association ATM (Aide au Tiers Monde) de Sars Poteries dans le Nord sont depuis le début du chantier sur le site HSA. Même s'ils nous été offerts par Anne Decourty d'ATM alors que le prix de ces conteneurs dernier voyage est de plus en plus onéreux, ils sont précieux sur le site pour ranger les matériaux comme le ciment, le fer à béton, du matériel divers utilisé au quotidien, des bois de charpente (système de four de séchage).
 
Ils étaient placés jusqu'à ces derniers temps au sud-est du site et à l'ouest du château d'eau. Nous pensions que ce serait sans doute leur place défintive...Eh bien non! Nous les déplaçons car ils se trouvent là où sera le local technique électrique et en particulier les groupes électrogènes.
 
Qu'à cela ne tienne! L'expérience aidant désormais...avec "les moyens du bord", nous les déplaçons! Ils se trouvent désormais à quelques mètres de là, entre 2 pavillons de l'ensemble des 4 sur la première plate forme.
Ce n'est sans doute pas leur place défintive ! Il faut que ce lieu de rangement et de stockage soit au plus près du chantier le plus important c'est à dire l'hôpital !
 

Nous en profitons pour les remettre en état !"
 
P. JYL 
 

A
Après les avoir vidé, il faut un super cric (que nous empruntons, si vous pouvez nous en trouver un du même type, nous sommes volontiers preneur) pour lever le conteneur (environ 2 500 kg) et glisser au dessous les bois ronds de roulage...
 

B 
Un peu de temps et une bonne coordination, et on y arrive...malgré une faible pente. On peut voir la distance entre l'ancien lieu et le nouveau.
 
C 
Le premier (rouge) est déjà en place. Pour le second (vert), ça ira plus vite !
 
D 
L'opération entretien commence! Soudure de pièces métalliques pour boucher les trous.
 
E 
La soudure prendra bien 3 jours pleins. C'est dire qu'il était temps de les remettre en état !
 
F 
Pour la peinture, ça ira plus vite ! Peinture professionnelle et de qualité envoyée par nos amis d'ATM. Don d'une entreprise du Nord qui nous donne les restes de ses chantiers. Restes de qualité qui nous permettent de faire tout ce que nous souhaitons.
 
 
G

Il y avait justement dans notre stock de peinture...la plus appropriée !

 

H

Les conteneurs placés et remis en état. Les petits coffrets de bois...sont des protèges cadenas...contre la pluie !
Repost 0
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 21:52

Message du Père Jean-Yves Lhomme, daté du 26 juin 2013 :

Les amis du futur Hôpital Sainte Anne sont de plus en plus nombreux pour nous aider de diverses manières et surtout financièrement pour mener à bien le projet. Ils sont dans des associations, des club comme le Rotary, des paroisses et des groupes, des amis individuels dont le nombre ne cesse de croître. Le chantier reçoit de plus en plus de visites.  Sur place, nous nous en réjouissons car nous les vivons comme l'encouragement que nous avons besoin tant la situation dans le pays est actuellement difficile. La sérénité des lieux et du chantier, nous permet de travailler de manière satisfaisante comme le montre les photos sur l'avancée des travaux qui paraissent régulièrement sur nos sites Internet.
Et puis, il y a d'autres amis qui, au délà de l'aide qu'ils nous apportent depuis la France, souhaitent venir nous donner 'un coup de main sur place".
 
En 2011, nous avons reçu un groupe de jeunes de Chartres ainsi que Pierre et Dominique accompagné de son épouse, de Touraine et  retraités de la SNCF. En 2012, un groupe de jeunes scouts de France de Tours (voir le magnifique montage qu'ils ont réalisé sur le site de l'Atahsam: atahsam.over-blog.com) ainsi que Jean-Louis et Marie-Claude Germond de Montlouis/Loire, "ma patrie tourangelle". Ce sont les photos que je vous donne à découvrir !
De nouvelles visites sont annoncées pour avant la fin de l'année!
 
Dans quelques jours, nous accueillerons Pascal Petitmengin et son épouse Marie Renée de Jarny en Lorraine. Pascal est médecin et est  bien engagé par ailleurs au delà de sa vie professionnele. Nous travaillerons ensemble une bonne quinzaine de jours!
 
Au mois d'octobre et pour plusieurs semaines nos amis Louis et Marie Aimée Couturier d'Amour et Partage du Jura pour les sanitaires des 4 premiers pavillons.
 
Et tous les autres amis de passage qui viendront, comme nos amis de l'Adrar pour l'eau en novembre, voir le fruit de leur aide et précieuse collaboration ! 

Bienvenue à tous!

 
 A.JPG
Jean-Louis avec une débardeuse coupe les fers en excès. Il doit en rester 2.
 
B.JPG
   Les 2 fers restants dit anticycloniques seront retournées sur les pannes de la charpente.
 
 C.JPG
En attendant, il n'est pas si aisé d'en  couper certains...
 
 
D.JPG
Alors que ça va mieux pour d'autres ! Une fois les fers en excès coupés...
 
 
E.JPG
Il faut les brosser pour enlever le ciment, mettre du convertisseur de rouille, de l'antirouille (Rustol), de la peinture avant d'être retournés sur les pannes. Retouche de peinture finale et pointe en inox également retournées sur les fers une fois la charpente terminée. Pourquoi tant de précautions ? Parce que nous ne sommes pas loin de la mer et ses embruns et qu'il est plus facile de faire ce travail maintenant et d'alléger ainsi un entretien futur !
 
 
F.JPG
Jean-Louis passe du produit sur les pannes du toit du château d'eau.
 
 
G.JPG
2 couches pour une bonne protection contre les termites et autres insectes qui attaquent le bois pourtant très dur et bien sec (eucalyptus rouge). Alors que Jean-Louis fera cela et beaucoup d'autres choses en une quinzaine de jours...
 
 
H.JPG
Son épouse Marie-Claude, dans une communauté de religieuses de la ville de Mananjary qui accueille des handicapés, participera à toutes les tâches du centre d'accueil...couture...
 
 I
                                                                   Lavage du linge...à la main...
 
 
J.JPG
Pas besoin de sèche linge ! En octobre, il fait déjà très chaud et il y a du vent !
 
 
K.JPG                                                                        La préparation des repas...
 
 
L.JPG
                                                Avec les amis handicapés très présents dans la maison!


Repost 0
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 16:40

 

 

 

 

Article paru dans la "Nouvelle République" du 3 avril 2013, signé Sébastien Gignoux à Madagascar.

Pour le financement de l'hôpital, l'auteur de ce reportage ne cite que l'ATAHSAM ; nous nous devons d'y associer l'association lorraine ALEHSAM, l'association réunionnaise AREHSAM et tous les nombreux autres donateurs (NDLR). 

 

 

"Madagascar : des Tourangeaux aident un hôpital à sortir de terre"

 

 "Conduit depuis 2004 par un prêtre, un couple d’architectes et une association tourangelle, le projet de construction d’un hôpital pour les pauvres à Madagascar est en très bonne voie."

 


photo2

"Le futur hôpital Sainte-Anne à Mananjary, sur la côte est de Magadascar, une ville de 40.000 habitants. -" (Photo Sébastien Gignoux)"

"Ce 19 février est une journée importante pour le père Jean-Yves Lhomme et son équipe, qu'il guide en langue malgache. La pose d'une échelle sécurisée « à la française » le long du château d'eau de 15 mètres de haut symbolise une nouvelle avancée sur ce chantier spectaculaire du futur hôpital Sainte-Anne à Mananjary, une ville de 40.000 habitants, isolée, sur la côte est de Madagascar.

 Initié en 2004 par ce prêtre tourangeau des Missions étrangères de Paris et l'évêque du diocèse, ce projet d'hôpital destiné aux plus défavorisés est désormais une réalité, avec la construction de quatre pavillons administratifs et techniques, celle en cours des cinq pavillons d'hospitalisation de 50 lits, en attendant la réalisation du bloc opératoire, du pôle mère/enfant et des bâtiments d'accueil des personnels. « C'est un chantier de longue haleine, que nous réalisons avec les travailleurs locaux afin d'impliquer pleinement la population dans la construction d'un équipement qui lui est destiné », explique « père Jean-Yves », comme tout le monde l'appelle là-bas. Une vingtaine de maçons, charpentiers et manœuvres malgaches travaillent à temps complet sur ce site de dix hectares en partie cultivés pour l'alimentation des patients. « L'objectif est de soulager le petit hôpital public qui est sous-équipé, notamment pour la chirurgie », précise le père Jean-Yves, dans un pays où de nombreuses maladies tropicales donnent encore lieu à des complications graves, faute d'être traitées à temps."


photo1

"À l'origine du projet, le prêtre tourangeau Jean-Yves Lhomme, qui a su mobiliser les bonnes volontés. - (Photo Sébastien Gignoux)"

Il manque encore 500.000 euros

"Le projet n'aurait pu voir le jour sans la force de mobilisation du père Lhomme, à Madagascar depuis 1985, qui a convaincu un couple d'amis tourangeaux de réaliser les plans de l'hôpital, et a motivé les bénévoles de l'Association tourangelle d'aide à l'hôpital Sainte-Anne de Madagascar (ATAHSAM). Eux travaillent à réunir les fonds nécessaires. Trois cent mille euros ont déjà été investis, et il en faudra encore 500.000 pour achever les travaux, à l'horizon 2015. « C'est un bel objectif pour les gens qui nous aident. Même les plus petits dons feront du bien à une population aux besoins sanitaires criants », rappelle le dynamique missionnaire, qui met un point d'honneur à tenir chaque donateur régulièrement informé de l'avancée des travaux."

 

"Un sacré challenge !"

"Architectes spécialistes des bâtiments publics, Evelyne et Jacques Péré travaillent depuis neuf ans à l'élaboration de l'hôpital Sainte-Anne, à 10.000 km de leur village de Saint-Épain. Comment en ont-ils conçu la construction, dans un pays comme Madagascar, à la fois lointain et aux moyens bien différents de ceux de la France ? « Il a fallu remettre en question beaucoup de nos habitudes et de nos pratiques : les besoins en locaux, les matériaux, le climat, les savoir-faire, les limites financières, tout est différent. Il y avait aussi une très forte contrainte liée au terrain : malgré sa surface, les parties utilisables étaient limitées et il fallait donc adapter l'organisation des bâtiments. Et gérer un chantier à distance, avec une visite tous les deux ans, est un sacré challenge ! Heureusement, Internet est d'un précieux secours pour la transmission des documents et les comptes rendus de chantier. »"

Un projet " vert "

"Dans ces régions reculées de la province malgache, l'eau et l'électricité ne sont pas à portée de main. Aussi, les concepteurs de l'hôpital l'ont-ils pensé sur un mode écologique et durable. Pour l'eau, c'est une petite association du Lot-et-Garonne, l'Adrar, qui a creusé un forage de 46 m. À l'aide d'une pompe solaire, l'eau de la nappe sera propulsée jusqu'aux deux cuves de 10.000 litres du château d'eau. « On aura de l'eau potable au robinet, c'est exceptionnel ici », se réjouit le père Lhomme. Pour l'électricité, autre défi : le premier transformateur est à 7 km. Une ferme solaire verra le jour, portée par l'ONG Électriciens sans frontières."

 

Repost 0
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 22:23

Voici les dernières photos et commentaires du père Jean-Yves à propos du château d'eau (15 mars 2013)

 

 

A

"Le local du forage complètement terminé.

B
Le local est complètement hermétique pour éviter l'entrée des rats, des souris et des chauves souris (les ondulations des tôles sont aussi bouchées). Il y a une aération grillagée au bas des portes et des claustras qui seront aussi grillagés.
C
La dalle est en légère pente pour l'évacuation de l'eau si un nettoyage du forage est un jour nécessaire par soufflerie. A noter les évacuations de l'eau aussi bouchées dans le socle du local.
D
Les dimensions extérieures du local sont de 180 cm au carré et de 148 cm à l'intérieur.
E
Le gros oeuvre ainsi que la peinture du château d'eau sont terminés. Les citernes sont en place et l'échelle scellée et soudée. On peut donc démonter l'échafaudage. Un moment crucial et dangereux !
F
Tout se passe bien pour l'instant! Quelqu'un est toujours en bas pour veiller voire conseiller.
G
J'ai préféré que l'on opte pour le sciage des bois avec des scies égoïnes au fur et à mesure plutôt que l'emploi traditionnel de l'arrache clous (ce sont des pointes de 10, 12 voire 14) qui faisait trop vibrer l'ensemble.
H
 Il a fallu 3 jours pleins pour démonter! Voilà le résultat sans que nous ayons rencontrer d'incidents !
I
 On peut maintenant continuer et commencer le local technique. Les bois seront décloués et rangés pour ceux qui sont récupérables...plus tard...lorsqu'il pleuvra trop fort, par exemple !
J
L'échelle aux normes françaises (envoyées par notre ami architecte, Jacques Péré) a été faite à Mananjary par un artisan chinois, compétent et ingénieux;  le même qui a réalisé le moule spécial claustra HSA et avec qui je travaille en quasi permanence. A noter, qu'à part les fers plats achetés récemment pour faire les cercles et les filants, l'échelle a été faite avec les chutes de fer rond à béton de 20 mm qui restait du ferraillage de l'ensemble de l'ouvrage.
K
Au moment de souder l'échelle sécurisée selon les normes, nous avons décidé de sécuriser de part et d'autres malgré les chaînes de protection. Les chaînes ne sont pas en... plastique. On les a tout simplement peintes après eu d'abord une couche de Rustol (dont on en a mis aussi dans la peinture).
 
Pourquoi toutes ces précautions ? Tout simplement parce que la mer, à vol d'oiseau, n'est pas très loin...et vu la hauteur de l'ouvrage, il est préférable de n'avoir qu'à faire une vérification annuelle à ce niveau...et mettre les chances de notre côté...pour un éventuel entretien moins lourd !
 
Mes amitiés à tous !
 
Jean Yves"
Repost 0
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 21:47
Message du Père Jean-Yves du 17 mars 2013
 
"Chers amis,
 
Comme vous le savez, nous sommes sur la commune rurale de Tsaravary et non pas sur la commune urbaine de Mananjary. Si le site HSA, se trouve au bord de la RN 25 à quelques km de la ville, cela nous oblige à résoudre 2 questions fondamentales pour l'hôpital : l'eau et l'électricité.
 
En ce qui concerne l'eau, cela se fait magnifiquement bien et avec compétence avec nos amis de l'Adrar du Lot et Garonne. Après le forage et les infrastructures nécessaires (protection du forage et château d'eau), comme vous avez pu le voir sur nos sites, nous travaillons actuellement la question du pompage. Cela devrait se faire dans les prochaines semaines!
 
En ce qui concerne l'électricité, il faut produire sur place l'énergie nécessaire et la distribuer. Un très gros poste difficile à résoudre seul. Après être entré en contact avec ESF (Électriciens Sans Frontières), l'association et plus précisément la délégation de l'Ile de France a accepté de procéder à une mission d'identification (évaluation du projet) par l'envoi de 2 de ses membres en octobre dernier. Deux personnes de terrain (Philippe et Claude) que nous avons accueillies avec un franc plaisir tant la question ne nous paraissait pas des plus simples.
Le projet est déjà passé par une première commission de validation. Une seconde selon les statuts de l'association devrait bientôt avoir lieu. En attendant, de part et d'autre, un immense travail se fait !
Sans entrer dans les détails techniques, le système sera hybride et sera décidé pour une production optimum par nos amis d'ESF !
Plusieurs études ont déjà été réalisées en octobre dernier. Sans savoir si l'éolien sera retenu ou non (l'éolien est encore très cher et nécessite, de ce fait, des certitudes quand au vent), nos amis ont néanmoins souhaité financer la pose d'un anémomètre. Avec Philippe et Claude d'ESF et les ouvriers d'HSA nous l'avons posé. Chaque mois, j'envoie les relevés aux personnes compétentes de l'association en ce domaine précis.
 
Quelques images donc de l'opération!
 
Avec toute mon amitié !
 
Jean Yves"
 

1  
Philippe et Claude d'ESF avec Jean, le soudeur, employé de l'atelier en ville de Mananjary avec qui HSA travaille régulièrement.

 

2

Prévoir le mât qui sera à environ 12 mètres de hauteur ainsi que le coffret de protection du boîtier électronique.

 

3
Puisque l'anémomètre sera en place au moins une année, autant protéger le support métallique avec de la peinture antirouille car la mer avec ses embruns n'est pas si loin.
4
Le montage et l'orientation doivent être précis. Une fois l'ensemble monté, il serait difficile de revenir en arrière. D'où l'attention de Philippe et Claude afin d'éviter la moindre erreur!
5
Pour les haubans, tout le monde s'y met pour tresser 2 longueurs de fil de fer galvanisé ou plastifié. 2 longueurs tressées ne seront pas de trop en cas de cyclone!
6
                                      ça "s'emmêle"! On n'est pas trop de 3 par hauban!
7
L'anémomètre est monté sur une pièce de bois très dur et imputrescible tournée spécialement par notre ami artisan de Mananjary pour "limiter" les dégâts en cas de foudre. Claude pose le câble qui descendra jusqu'au boîtier électronique.
8
Cela paraît simple sur la photo...mais le mât qui est en tuyau flexible est difficile à mettre en place malgré les 3 haubans (sur 6) tenus fortement.
9
On y est néanmoins arrivé! Reste les derniers réglages importants de situation avec une boussole.
10
                                            Avant de sceller d'une manière définitive le tout.
11
Mise en place des haubans: 3 en haut...et réflexion faite : 3 au milieu car le tout bougeait encore trop. La manière locale avec un bambou est efficace!
12
Le soir tombe mais tout est terminé!
13
Philippe et Claude peuvent être satisfaits...et ils le sont après une bonne journée de travail où rien ne pouvait rester en suspens car un coup de vent non attendu est toujours possible!
14
Une photo pour la postérité...et les archives d'HSA!
15
Le boîtier électronique protégé par 2 coffrets et de la mousse contre une chaleur excessive. Les relevés sont faits et envoyés tous les mois à ESF.
Repost 0
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 22:08

Reportage du Père Jean-Yves daté du 3 mars 2013

 

 

"Chers amis,
 
Après l'envoi des dernières photos sur l'aménagement de la tête du forage de l'eau pour l'hôpital, en voici quelques unes sur le château d'eau!
Il a beaucoup plu en janvier et février! Nous avons profité ces derniers jours d'une accalmie pour mettre les "bouchées doubles" alors que la saison cyclonique n'est pas encore terminée!
 
 A
   Un fort moment que la montée des 2 citernes de 10 000 L chacune avec un poids de 325 kg. 
 
BAvec un paland pour ne pas avoir à faire d'effort, nous ne pouvions monter la citerne que tous les 3 mètres, la bloquer ensuite avec des cordes, remettre le paland à zéro et recommencer ainsi plusieurs fois. Sur cette photo, c'est la seconde étape, après celle du sol!
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
   

C

 
 
 
 
 
 
 
Même si cela ne se voit pas, les manoeuvres sont sécurisées!
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
DLa citerne est solidement maintenue; la sangle rouge ne sert qu'à la maintenir droite.
 

 
 
 

E 
 
 
 
 
 
Elle arrive au bord de la plate forme! Rien n'est encore joué car il va falloir la repousser pour la décoincer de l'échaffaudage!
 
 
 
 
 
 
 
 
F 
 
 
 
 
 
 
Le tour est presque joué! Dernier blocage de la citerne pour remettre une dernière fois le paland à zéro et terminer l'opération!
 
 
 
 
 

G


 
 
 
 
 
 
Entre temps, j'avais appelé au téléphone le coopérant, adjoint de l'économe du diocèse, pour qu'il aille nous acheter des cordes supplémentaires. Il en profite pour nous donner un coup de main!
 
 
 
 
 
 
 

H

 
 
 
 
 
 
 La 1ère citerne (subventionnée en 2008 par un club Rotary de Sarrebrück en Allemagne) est déjà en place. Il aurafallu 3 heures! Ici c'est la seconde, subventionnée en 2012 par le club Rotary Lafayette de Metz. Avec les cordes supplémentaires, nous n'aurons pas besoin d'utiliser le camion comme support. Ce fut un peu plus rapide...2H30!
 
 
  
 
 
 
 
 
 

I

  
 
  
 
 
 
Les 2 citernes sont en place...enfin presque à cause de la peinture qui reste à faire! 2 dates pour 2 citernes car au moment de résoudre la question de l'eau avec nos amis de l'Adrar en 2012, il s'avérait qu'une citerne de 10 000 Litres pourrait être juste!
 
 

J 
 
 
 
 
Si le gros oeuvre du château d'eau est terminé sauf le local technique qui sera fait lorsque l'ensemble sera libéré de l'échaffaudafe, il faut une échelle métallique faite sur place à Mananjary par un artisan de la ville avec qui je travaille beaucoup, sur les indications de nos amis architectes, Evelyne et Jacques, pour qu'elle soit réalisée dans les normes de chez nous...enfin pour moi ici, de là bas...Pour l'histoire d'HSA, c'est le même artisan de grande compétence qui a réalisé, toujours sur une idée d'Evelyne et Jacques Péré avec un prototype en silicone qu'ils ont apporté, le moule du claustra "spécial HSA" que l'on va retrouver un peu partout sur le site!
 
 
 
 
 
 
K 
 
 
 
L'échelle fait 10 mètres. Cela aurait été dommage de la couper en deux pour la transporter sur mon camion. Qu'à cela ne tienne, un commerçant nous a prêté le sien!
 
 
 
 
 
 
 
 

L

 
 
 
 
 
 
 
Elle n'est pas si légère qu'il n'y paraît! Elle est faîte avec les chutes de fers ronds de 20 mm et des fers plats de qualité. 
 
 
 
 
 
 

M

  
 
 
 
Il n'a pas été difficile de la placer et la monter droite avec des cordes.
 
 
 

N

  
 
 
 
 
 
 
 
  
  
Les pattes de scellement avaient été ajustées et scellées lors du coulage du béton.
 
 
 
 
 
 
 
 
 

O

 
 
 
 
Il ne reste plus qu'à la souder, passer de l'antirouille et la peindre...
 
 
 
 
 
 
  
 
 
P 
 
 
 
 
 
 
Préparation d'une peinture de qualité envoyée par nos amis d'ATM (Aide au Tiers Monde) de Sars Poteries près de Maubeuge. Un don d'une entreprise de peinture!
 
 
 
 

Q   R

 
Pour peindre le château puisque les citernes sont montées...
Avec une excellente peinture, une seule couche suffira sur une couche préparatoire de chaux de qualité tropicale que nous préparons avec de l'eau de merpour la fixer.
 
 
 
 
 S
 
 
   
C'est terminé! Le château d'eau est peint, les citernes sont montées, l'échelle d'accès est fixée! Reste, dans quelques jours, le démontage de l'échaffaudage! Il faudra y aller doucement, car démonter n'est pas si simple! Nous terminerons ensuite le local technique pour l'eau!
 
Dans quelques semaines, des photos de l'ensemble complètement terminé et prêt pour la seconde étape, celle du pompage et du raccordement depuis le forage aux citernes!
 
Avec toute mon amitié!
 
Jean Yves "
Repost 0
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 21:46

Un message du Père Jean-Yves, daté du 1er mars 2013

"Chers amis,
 
Voici des dernières photos du forage aménagé! Un aménagement complètement terminé, de notre côté, dans quelques jours.
Avec nos amis de l'Adrar du Lot et Garonne, nous continuons de travailler à la seconde étape qui est le pompage. C'est en cours avec une société de Tananarive qui est en contact régulier sur le plan technique avec Marc de l'Adrar qui prépare une installation optimum pour à la fois une efficacité de pompage avec une installation durable et fiable. Je me rends compte de la complexité de la question et je suis franchement heureux d'être soutenu par des personnes compétentes qui ne ménagent pas leur temps pour nous aider.
  
 
A
Le local sur la tête du forage
 
 
B
Des fers de 16 mm "antivol" que l'on ne peut pas sectionner avec un coupe boulon si l'on avait l"idée" de démonter les tôles du toit. Dans ce local, il y aura la pompe immergée et un groupe électrogène de soutien. Matériel qui a un prix..certain!
 
 

C
Une porte métallique à 2 vantaux avec 2 verrous de sûreté. Il faut que l'accès soit suffisamment large afin de pouvoir nettoyer le forage tous les 3 ou 4 ans par soufflerie sur les conseils de la société Ranosoa qui a fait le forage. 
 

 
  
D
La tête du forage "stabilisée" dans une dalle en béton en pente avec sorties lorsqu'il faudra procéder au nettoyage. A noter que le local sera hermétiquement clos pour que rats et souris ne viennent pas se "délecter" du plastique des fils électriques. Au bas des portes, il y a donc des trous d'aération grillagés comme le seront les claustras.
 

E
La tête du forage déjà protégée avant de recevoir la pompe.
 

F
Sur les conseils de Ranosoa, la société de forage, sur la droite du local, nous avons construit un mur de protection en béton armé. Sur la gauche et à l'arrière du local, un petit mur de soutènement en moellons. Consolidations en cas de cyclone et de glissement de terrain. le forage est au bas de la colline "arasée" sur laquelle se trouve l'hôpital à moins 16,12 mètres.


En dernière minute! Nous avons commencé à peindre aujourd'hui le local (peinture de qualité offerte par Anne Decourty de Sars Poteries: un don d'une société de peinture du Nord où se trouve ATM) et les tôles du toit seront posées demain samedi!
 
Quand au château d'eau, indissociable, bien sûr, du forage, le gros oeuvre est terminé. Dans les conditions dans lesquelles nous travaillons et surtout avec le matériel dont nous disposons (vous avez déjà vu les photos), on ne peut que se réjouir que tout ce soit bien passé. Je pense vous envoyer des photos dimanche. La peinture est faite! Nous procéderons au démontage de l'échaffaudage la semiane prochaine. Ce n'est pas sans risques, bien sûr, mais nous procéderons paisiblement avec tous les consignes de sécurité que nous avons utilisées lors du montage car nous savons que le démontage, dans le fond, est un peu plus compliqué...
 
Avec toute mon amitié!
 
Jean Yves "

 

Repost 0
17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 16:00

 

Au retour, le moment de témoigner et de remercier

Le 27 Octobre 2012, les 5 compagnons ont organisé une soirée conviviale dans la salle paroissiale du Christ Roi à Tours nord.

Avant de pénétrer dans la salle, le visiteur était accueilli par une superbe expostion de 26 photos accompagnées de textes courts commençant par A, B, jusqu'à Z.

Après une brève introduction, un film de 40 minutes a été présenté à une assistance nombreuse et fort intéressée, constituée des parents, des scouts et guides de France du Christ Roi, leurs chefs, des amis, des membres de l'ATAHSAM et des donateurs.

 

 

Pour visualiser le film, pointer la souris sur l'image suivante et avec le clic droit selectionner "ouvrir le lien...".

 


DSC07818

 

A l'issue du film, les 5 Compagnons ont remercié tous ceux qui avaient collaboré à la réussite de leur projet.

Ensuite un débat s'est engagé avec de nombreuses questions :

  • Quels ont été les moments forts du voyage, à Tana, à Mananjary ?
  • Quel est le planning de construction de l'hôpital ?
  • Comment fonctionnera l'hôpital ?
  • Avez-vous bien communiqué avec les guides malgaches ?
  • etc.

Et pour terminer, un verre de l'amitié avec petits toasts tartinés tout l'après-midi par les Compagnons eux-mêmes. Un jeune a pu dire "les Compagnons... ils assurent !"

Les membres de l'ATAHSAM ont vendu épices et vanille et ont répondu à des questions plus spécifiques sur le chantier HSA et sur l'association.

 

Bravo à tous et une petite pensée au Père Jean-Yves qui a "assuré" pour l'accueil et l'encadrement des jeunes !

 


DSC07812

 

 

DSC07814

 

210 HSA

Repost 0
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 19:17

5 jeunes Compagnons accueillis à Mananjary

 

Après un vol Paris - Antananarivo le 31/07/2012, les 5 Compagnons du groupe des SGDF (Scouts et Guides de France) du Christ Roi, étaient accueillis, au début du mois d'août, par le père Jean-Yves Lhomme à Mamanjary.

 

Qui sont-ils ?

 

Autour du Père Jean-Yves, de la gauche vers la droite, 

  • Timothée FOUQUERAY, 19 ans, élève à l’Ecole Normale Supérieure (biologie), responsable communication
  • Marion CASTAING, 19 ans, en préparation des concours des écoles d’infirmières, responsable de l’infirmerie et de la vie spirituelle
  • Pierre LEPENNETIER, 19 ans, en terminale ST2S, responsable matériel
  • Lucas JAMIN, 19 ans, en IUT de technique de commercialisation, trésorier de l’équipe
  • Tom BLANC, 18 ans, en classe préparatoire scientifique (MPSI), responsable intendance

10 HSA

 

Trois ans de préparation, à réaliser en plus des études !

  • D'abord le groupe a dû répondre à ces deux questions essentielles : que veut-on faire ? que peut-on faire ?
  • Ensuite, prises de contact avec le milieu associatif de Touraine
  • Rencontre avec l'association ATAHSAM et décision de participer au chantier de l'Hôpital Sainte Anne de Mamanjary
  • Participation à des week-ends de Formation Départ à l'Etranger, organisés par des responsables SGDF
  • Réalisation de camps d'été en 2010 et 2011 pour souder l'équipe
  • Etablir le budget et recueilir les sommes nécessaires (extra-jobs, recherche de subbvention et de dons...)
  • Contacts avec le Père Jean-Yves Lhomme via Internet (messages, discussions sur Skype)
  • Faire face aux contraintes médicales et administratives (vaccins, passeports, visas...)
  • Préparer la logistique du voyage (transfert d'Antanarivo à Mamanjary)
  • Réaliser le dossier de camp à faire valider par les SGDF

 

40 HSA

 

Voici les propos qui ont été rapportés par le journal "la Nouvelle République" le 1er Septembre 2012 suite à un interview avec Timothée et Lucas juste au retour

« Nous avons eu des subventions des mairies de Notre-Dame-d'Oé, de Chanceaux-sur-Choisille, du conseil général, du Crous et de la Société d'entraide de la Légion d'honneur », détaille Timothée. Sur place, c'est la confrontation avec la pauvreté. « Mais on n'était pas là en touristes, nous sommes des scouts avant tout », rappelle Lucas. Alors pour apporter leur écot, le groupe de scouts a retroussé les manches en s'improvisant ouvriers du bâtiment durant deux semaines.

 

120 HSA 140 HSA

 

« Nous avons également apporté du matériel, fait un don de 500 € à l'association », précisent de concert les deux jeunes scouts. Pour leur voyage, à part les subventions, ils ont travaillé, économisé et sorti les deniers de leur poche pour s'engager et réussir la mission qu'ils s'étaient fixée.« Je pense que ce qui ressort de cette mission, c'est le regard que nous portons sur les conditions de vie des Malgaches, et lorsque l'on revient en France, on relativise »,poursuit Timothée.

 

80 HSA

 

La rencontre avec un groupe de scouts malgaches s'est soldée par un échange de foulards qu'aujourd'hui le groupe de scouts tourangeau arbore fièrement, avec un peu le sentiment du devoir accompli. Pour la suite, chacun va repartir à ses études, à son quotidien ; mais avant, ils préparent une soirée rétrospective de leurs trois semaines à Madagascar.

 

170 HSA

Pour rencontrer le groupe des 5 Compagons et en savoir plus :

Rendez-vous le 8 Décembre 2012, 20h,

à la salle paroissiale de Montlouis-sur-Loire

210 HSA

Repost 0

Présentation

  • : Association Tourangelle d'Aide à l'Hôpital Ste-Anne à Madagascar
  • Association Tourangelle d'Aide à l'Hôpital Ste-Anne à Madagascar
  • : Objectifs principaux de ce blog : - Présenter le chantier de construction de l'hôpital Ste Anne à Mananjary et son évolution. - Faire part des activités, passées et futures de l'association tourangelle pour récupérer des fonds qui seront envoyés à Mananjary. - En lien avec les autres associations (ALEHSAM, AREHSAM), créer une chaine d'amitié et de solidarité pour supporter ce beau projet.
  • Contact